Take away shows Live One 2 one Music videos Pocket parties Docs
news — By Chryde

Souviens-toi, le Bataclan

Tu te souviens comme il faisait chaud, en été, dans la salle du Bataclan ? Une étuve. Le chanteur des Fleet Foxes avait failli faire un malaise sur scène, on s'amusait à dire que c'était l'enfer, c'était innocent alors, comme mot : l'enfer.

Tu te souviens des fois où on hésitait, rester dans la fosse ou aller se rechercher une bière ? On optait pour la bière, puis on restait parfois là bas, près du bar, parce qu'on y voyait bien. Tu te souviens de comment ils nous épataient, transformaient en moins d'une heure la salle après un concert de rock pour le préparer aux folles soirées de Miss Kittin ? Tu te souviens des mélanges, de ces indie boys and girls qui sortaient, ces clubbers qui arrivaient ? Tu te souviens des bus démesurés qui se garaient juste devant, des groupies qui attendaient à côté de leur porte ? Des files d'attente qui allaient jusqu'à Oberkampf, des trois marches à gauche en entrant dans la fosse, le spot des connaisseurs ?

Tu te souviens qu'on adorait filmer là-bas ? Ils nous mettaient dans une cave exiguë, derrière la scène, on y était serré, on devait enjamber les caisses de matos, mais on y était bien. Parce qu'il y faisait plus frais que dans la salle. Parce que l'équipe était adorable, parce que le régisseur était plus fou que nous.

Tu te souviens des folies qu'on y a faites ? Des confettis de I'm from Barcelona, qui avait traîné les derniers fans jusque dans le métro ? Du chanteur d'Of Montreal qui avait entraîné tout le monde sur le boulevard, et chantait super faux des reprises de Bowie ? De Axe Riverboy qui avait chanté sur une poubelle dans le passage à côté, près de l'entrée des artistes ? Du guitariste de Franz qui avait fait un crowdsurf mémorable lors du concert de FFS ? Tu te souviens de la joie ? De ces gens qui chantaient ? De ces gens qui souriaient ? De ces copains qu'on était sûrs d'y croiser, de ces groupes qui nous y ont fait vibrer

Toutes nos pensées vont aux victimes, à leurs proches, à tous ceux avec qui nous travaillons, à tous ces gens magnifiques qui ont fait, au fil des années, du Bataclan un lieu qui savait magnifiquement donner du plaisir, de la joie et de l'insouciance. Tout ce que ces lâches haïssent.