La Blogothèque » Séries » Autour du monde http://www.blogotheque.net Thu, 24 May 2018 07:20:04 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.8.1-alpha “Arua Amusica” : les Concerts à Emporter au Brésil (1/5) http://blogotheque.net/2014/06/20/arua-amusica-les-concerts-emporter-au-bresil-14/ http://blogotheque.net/2014/06/20/arua-amusica-les-concerts-emporter-au-bresil-14/#comments Fri, 20 Jun 2014 13:41:59 +0000 http://blogotheque.net/?p=22559 Luisa Maita

Kiko voulait nous présenter des amis, et on en savait pas plus quand on est arrivés avec lui chez Rodrigo Campos dans le quartier de Pinheiros.

Kiko Dinucci est un des musiciens les plus doués de sa génération, et c’est ainsi que l’ami Vincent Moon nous l’avait recommandé. Avec la chanteuse Juçara Marçal & le saxophoniste Thiago França, ils forment le groupe d’afro-samba Metà Metà qui fera l’objet d’un prochain concert à emporter.

Il est 11h du matin, Rodrigo nous sert le thé, des gâteaux… Kiko trouve qu’il a tout d’un vrai Lord, et nous sommes charmés de retrouver dans sa personne la douceur de ses chansons. Criolo arrive, puis Luisa que nous ne connaissions que de nom.

L’atmosphère dans cette pièce est aussi douce que les attentions de Rodrigo, on comprend très vite que comme à l’époque d’Os Mutantes, l’amitié et la musique sont intimement liées pour cette génération de musiciens qui avancent en s’accompagnant les uns les autres.

Luisa Maita est timide, elle aimerait se changer ou se maquiller, mais heureusement Rodrigo insiste pour du cinéma-vérité.
A ce moment, elle était déjà considérée comme une des voix les plus prometteuses du Brésil, et nous étions sur le point de comprendre pourquoi. L’intensité et la douceur de sa voix sont troublantes.

Luisa chante une chanson de Rodrigo « Amor na Vila Sonia », Vila Sonia est une banlieue de Sao Paulo. Dans cette chanson, un garçon tombe fou amoureux d’une fille pendant un match de foot, lorsque leur regard se croisent au moment d’un but.

 

Rodrigo Campos

Dans le quartier de Rodrigo nous nous arrêtons à une lanchonette pour boire un café, et tandis que Criolo va tout de suite vers la télé pour suivre un match de foot, et Kiko veulent jouer ici. Dans son premier album Sao Mateus nao e um lugar assim tao longe Rodrigo chronique à travers des personnages la vie des banlieues autour de Sao Paulo, lui-même vient de Sao Mateus. Cette chanson « Samuel » – écrite avec Kiko – parle de la réaction d’un jeune homme de ce quartier qui arrive pour la première fois sur Avenida Paulista dans le centre de la ville. Les personnages autour d’eux dans le café pourraient tous devenir des personnages de chansons de Rodrigo.

Depuis, Rodrigo et Kiko ont formé un groupe avec Romulo Froes et Marcelo Cabral, Passo Torto. Ils viennent de se faire remettre le Prix de la Musique Brésilienne.

 

Criolo

A ce moment, Criolo était un rappeur reconnu dans un milieu très restreint… pour certain il était surnommé « Le fou ». Ancien éducateur, il s’apprêtait à sortir son deuxième album en indépendant No Na Orelha (Le noeud de l’oreille).

D’abord Criolo chante à capella dans l’échoppe d’une couturière, puis reprend avec les autres Linha de Frente (Ligne de Front), une sublime samba de son album où il parle d’injustices sociales dans les quartiers de Sao Paulo. « L’argent vient confondre l’amour » dit-il dans le refrain.

Enfin, de plus en plus excités par l’exercice, en voyant un beau mur bleu un peu plus loin, Kiko & Criolo décident de jouer « Mariô », orixa à cette couleur, à qui ils rendent hommage dans cette chanson qu’ils ont écrit ensemble.

Quelques semaines plus tard, Criolo sort son album, et l’on ne parle plus que de lui, il devient tout d’un coup l’icône du pays.

]]>
http://blogotheque.net/2014/06/20/arua-amusica-les-concerts-emporter-au-bresil-14/feed/ 0
Retro Stefson – Redux http://blogotheque.net/2012/11/27/retro-stefson-2/ http://blogotheque.net/2012/11/27/retro-stefson-2/#comments Tue, 27 Nov 2012 15:10:30 +0000 http://blogotheque.net/?p=20027 Faire des Concerts à Emporter, c’est un immense plaisir, des rencontres incroyables, des moments inoubliables… et une post production désargentée, dantesque, sans fin.  Nous sommes partis à 3 en Islande il y a un peu plus d’un an (Jonathan produisant et conduisant, David filmant, moi-même prenant le son) et voici enfin le premier film d’une série de quatre.

Retro Stefson, si vous êtes des habitués de la Blogothèque, vous connaissez : Vincent Moon les a filmé il y a 2 ans, et nous avons publié un extrait du présent film au cours de cette année.

Pour parler lessive, je dirais que cette nouvelle mouture vaut évidemment le détour : plus longue (augmentée de 2 morceaux), plus belle (nouveau mix, nouvel étalonnage), plus forte, on espère que vous aurez encore plus de plaisir à (re)découvrir ce jeune groupe ultra prometteur, en perpétuel mouvement et dont le troisième album est sorti il y a une poignée de semaines.

]]>
http://blogotheque.net/2012/11/27/retro-stefson-2/feed/ 0
Manos de Topo http://blogotheque.net/2011/11/22/manos-de-topo/ http://blogotheque.net/2011/11/22/manos-de-topo/#comments Tue, 22 Nov 2011 12:01:03 +0000 http://blogotheque.net/?p=15781 Bienvenue dans l’extravagance à l’espagnole. Bienvenue chez Gaudi, dans ce parc vu, revu, filmé dans tous les sens. Bienvenue chez Manos de Topos : ils sont moins connus, certes, mais pas moins tordus, débordants, fiers de leurs claudications et de leurs gueules bariolées.

Impossible de réfréner une espèce de sourire gêné lorsque pour la première fois, on entend la voix de Miguel Ángel Blanca. Elle est tremblante, pleurnicheuse, plus maniérée que le jeu d’une vieille actrice dans un vieil Almodovar. Il est comme sa voix, attachant et dérangeant : une boule de cheveux, un regard en coin salace, une bouche déjà tordue, suscitant d’emblée une immense sympathie… distanciée.

Il montera d’abord sur la terrasse, jouera avec les touristes. Mais c’était trop facile, trop facile de lui passer les habits de clown. Colin insistera pour le faire descendre sous les colonnes, là où la reverb’ est magnifique. Là, surtout, où il sera comme seul, perdu dans un labyrinthe de mosaïques mal branlées, pour pleurer avec toute l’étrange force de sa voix comme nulle autre. Comme s’il n’y avait plus personne pour l’écouter. Comme s’il n’y avait plus rien à faire qu’à hurler.

La première fois, on a un sourire gêné. La seconde fois, on chiale. Ils sont forts, ces espagnols.

http://www.myspace.com/manosdetopo

]]>
http://blogotheque.net/2011/11/22/manos-de-topo/feed/ 0
Carla Morrison + Natalia Lafourcade http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison-natalia-lafourcade/ http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison-natalia-lafourcade/#comments Fri, 28 Jan 2011 17:07:52 +0000 http://www.blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison-natalia-lafourcade/ En bonus, la toute première vidéo qu’on a filmée à Mexico : un duo charmant, une association de voix magnifiques… et un toréador, Leopoldo Casasola, renommé apparemment, ravi de faire la guest-star avec ces talentueuses demoiselles… On le comprend !

]]>
http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison-natalia-lafourcade/feed/ 0
60 Tigres http://blogotheque.net/2011/01/28/60-tigres/ http://blogotheque.net/2011/01/28/60-tigres/#comments Fri, 28 Jan 2011 17:05:01 +0000 http://www.blogotheque.net/2011/01/28/60-tigres/ Nous aurions dû passer plus de temps avec les 60 Tigres, trouver le moyen de faire durer cette expérience un peu aventureuse : faire sonner en acoustique des rythmiques et sonorités plutôt funk, faire du disco-rock sans amplification ou presque (la mandoline électrique était indispensable), faire se rencontrer les influences Metric ou Gang Of Four avec des sonorités latino-américaines. Mais nous avons manqué de temps et d’autorisations ! Il fallait l’accord des autorités (musée, municipalité et police) pour tourner devant le très beau Palacio de Bellas Artes, s’installer sur son esplanade et y laisser les 60 Tigres faire danser les touristes et les nombreux passants de ce dimanche ensoleillé. Nous avons tenté le coup avant d’en être rapidement délogés par des messieurs en uniformes peu sensibles au déferlement de groove qui se préparait en ce lieu.

Nous avons donc opté en urgence pour un décor plus austère : à quelques centaines de mètres du musée, un espace vert un peu en friche, dans le grand parc La Alameda transformé ce jour-là en immense marché. Un ilot de tranquillité où les 60 Tigres ont pu libérer leurs rythmes de dancefloors rock, les pieds dans l’herbe, au milieu des arbres, sans autres spectateurs que nous, nos déhanchements et nos mouvements saccadés d’épaules…

]]>
http://blogotheque.net/2011/01/28/60-tigres/feed/ 0
Natalia Lafourcade http://blogotheque.net/2011/01/28/natalia-lafourcade/ http://blogotheque.net/2011/01/28/natalia-lafourcade/#comments Fri, 28 Jan 2011 17:03:58 +0000 http://www.blogotheque.net/2011/01/28/natalia-lafourcade/ Natalia était un peu la star de notre séjour : elle avait déjà sorti trois albums (dont deux ont été numéros un des ventes au Mexique) et c’était la seule artiste que les gens reconnaissaient dans la rue. Une star populaire mais très abordable, exigeante mais sans caprices…

Pour “Azul”, son morceau aux arrangements complexes qui nous rappelait par moments les constructions splendides de Sufjan Stevens, elle avait négocié l’occupation des luxueux locaux de la SACM (l’équivalent mexicain de notre Sacem) : un bâtiment d’architecte dans un parc privé du quartier Coyoacán. Il lui fallait de l’espace, de la verdure, deux pianos demi-queues et ses cinq musiciens habituels pour jouer du glockenspiel, de l’accordéon… et faire les chœurs. Il a fallu répéter, tester différentes configurations et faire fi des petites imperfections, le morceau était long et sa captation un peu délicate. Natalia était concentrée, avec cette attitude un peu déconcertante de prime abord, mais à laquelle nous nous sommes vite habituée : garder un air sérieux, presque austère et laisser brusquement s’échapper un petit rire et un grand sourire avant reprendre aussitôt un ton grave et un peu boudeur. Le tout avec force grimaces…

Elle a voulu jouer seule ensuite, avec une simple guitare, pour peut-être relâcher un peu la pression. Nous avons cherché un endroit moins solennel, plus authentique. Nous avons longuement marché dans les rues adjacentes, essayé d’entrer dans des petites cours privées, de trouver un jardin au calme. En vain… Le groupe commençait à s’étirer sur plusieurs dizaines de mètres et Art filmait nos pas indécis. Natalia a finalement commencé, sans prévenir, à jouer la chanson préférée de François, “Ella Es Bonita”. Art l’a rattrapé au début de la chanson et de sa chorégraphie improvisée : des petits pas instables, des bonds mal assurés, un jeu d’équilibre parfait pour cette douce chanson tout en fragilité et en espièglerie…

]]>
http://blogotheque.net/2011/01/28/natalia-lafourcade/feed/ 0
Antoine Reverb http://blogotheque.net/2011/01/28/antoine-reverb/ http://blogotheque.net/2011/01/28/antoine-reverb/#comments Fri, 28 Jan 2011 17:03:53 +0000 http://www.blogotheque.net/2011/01/28/antoine-reverb/ Nous venions de faire huit heures de route dans un bus de nuit depuis Mexico, nous étions arrivés à l’aube à Guadalajara et nous avions pris le temps de nous poser chez Daphné, la cousine d’Art, puis d’ingurgiter un énorme et délicieux petit déjeuner à la terrasse d’un restaurant bien cosy. Nous voulions profiter du calme surprenant de cette ville de quatre millions d’habitants, à des lieues de l’effervescence de la capitale, avant de retrouver les Antoine Reverb.

Ils n’ont pas brusqué notre relative indolence, leur musique s’accordant curieusement avec l’atmosphère un peu endormie de la ville, leurs chansons évoquant ce qu’auraient pu produire Galaxie 500 sous antidépresseurs ou Belle and Sebastian en overdose de Prozac… Un premier morceau dans leur local de répétition, en guise d’échauffement, un autre dans une fontaine vide et ce moment intermédiaire, au gré de nos ballades dans le quartier Americana, dans un magasin d’antiquité. Au milieu des babioles usées et des poussières, ils ont joué une chanson un peu tendue, élégante et précieuse dans son énervement raisonnable et appliqué. Art les a laissé jouer et s’est faufilé entre les objets aux âmes anciennes dans les recoins sombres du lieu.

La bande-son était parfaite, on aurait pu se croire, l’espace de quelques minutes, dans un des premiers films de Wim Wenders…

]]>
http://blogotheque.net/2011/01/28/antoine-reverb/feed/ 0
Carla Morrison http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison/ http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison/#comments Fri, 28 Jan 2011 17:03:05 +0000 http://www.blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison/ Nous voulions absolument filmer Carla Morrison : Max lui avait fait une déclaration virtuelle quelques semaines auparavant et nous avions collectivement craqué pour sa voix magnifique lors des premiers repérages sur le web. Il y avait pourtant un obstacle de taille à ce Concert à Emporter : Carla habitait Tecate (au nord, à la frontière avec les Etats-Unis) et si nous avions prévu de faire une escapade en dehors de la capitale, nous n’avions pas envisagé la possibilité d’aller si loin pour une journée. Alors c’est Carla qui est venue à nous, à Mexico. Et nous lui en sommes très reconnaissants.

Nous avons retrouvé Carla et Alejandra (sa percussionniste) dans le parc Viveros, à Coyoacán, le quartier des artistes et des personnalités au siècle dernier, celui Frida Kahlo et de Leon Trostki (qui y sera assassiné d’ailleurs). Art avait donné rendez-vous à une partie de sa famille, Carla était un peu stressée mais souriante, et prête à se plier à toutes les volontés d’Art… Il en a un peu profité : il l’a fait marcher longtemps, prendre un taxi pour quelques centaines de mètres, sauter un déjeuner et patienter pendant des heures pour filmer une chanson dont il n’a pas retenu la vidéo au final. Il lui a fait recommencer “Valentina” encore et encore en lui donnant le tournis à chaque fois. Il faisait chaud sous la verrière et elle a dû se remaquiller à plusieurs reprises. Et puis Art l’a fait pleurer aussi, involontairement, à la fin de “Compartir”. Un moment à l’image de la demoiselle, particulièrement touchante dans sa vulnérabilité…

Elle ne nous a pas tenu rigueur de ce traitement, gardant son enthousiasme et son sourire en toutes occasions, s’affranchissant de ses petites appréhensions pour mieux nous charmer avec ses chansons nues. Nous avions un faible pour Carla Morrison avant de la rencontrer, nous avons désormais un très fort attachement pour elle et pour sa musique.

]]>
http://blogotheque.net/2011/01/28/carla-morrison/feed/ 0
Waterllillies http://blogotheque.net/2010/11/09/waterllillies/ http://blogotheque.net/2010/11/09/waterllillies/#comments Tue, 09 Nov 2010 15:48:11 +0000 http://blogotheque.net/?p=16366 Nîmes, quelques jours seulement avant que commence la féria, 38°C à l’ombre. Des Waterllillies en pleine effervescence, et pour cause : le groupe s’apprête à déménager à Paris, là où “ça se passe”, là où on vous repère, là où on vous signe, peut-être, qui sait. Les cinq vingtenaires nous montrent leur ville où trônent les vestiges de l’empire romain ; arènes, temple, tours…

En redescendant du magnifique jardin de la Fontaine, nous nous arrêtons dans une ruelle étroite, typique, où l’on a du mal à tous tenir, où l’on espère que les passants ne passeront pas et que les riverains, malgré l’après-midi ne nous en voudront pas de chanter une sérénade un peu particulière sous leur fenêtre.

]]>
http://blogotheque.net/2010/11/09/waterllillies/feed/ 0
Stereotype http://blogotheque.net/2010/11/02/stereotype/ http://blogotheque.net/2010/11/02/stereotype/#comments Tue, 02 Nov 2010 16:00:22 +0000 http://blogotheque.net/?p=16371 Un peu de répit dans notre périple : pas de TGV à prendre cette fois, puisque c’est sur la terrasse du parc de Belleville qu’on retrouve les Stereotype, à 108 mètres d’altitude, entre les Buttes-Chaumont et le Père-Lachaise.

Une vue panoramique, imprenable de Paris, la Tour Eiffel dans la lumière d’une fin d’après-midi un peu fraîche. Les enfants sont impressionnés, comme toujours, mais assis sur les murets des couples s’enlacent sans prêter attention au groupe. Au milieu des colonnes où l’on a placardé l’article premier de la Déclaration des droits de l’homme, Les Stereotype tapent du pied, donnent de la voix, s’échangent des regards complices en entamant les choeurs. Qui a décidé que les dimanches devaient être ennuyeux ?

]]>
http://blogotheque.net/2010/11/02/stereotype/feed/ 0