Une petite perle pop bucolique venue de Tallinn pour bien débuter l’année. Good Man Down, le nouvel album d’Ewert and the two Dragons, sort le 30 janvier chez Talitres. On en reparle bientôt…

Par

3

Deux disques au-dessus des autres cette année. Deux disques supposés minimalistes et plutôt lents, mais aux mille richesses et aux dynamismes saisissants. Felt de Nils Frahm et Notre Silence de Michel Cloup. Le pianiste allemand d’abord…

Par

1

Deux disques au-dessus des autres cette année. Deux disques supposés minimalistes et plutôt lents, mais aux mille richesses et aux dynamismes saisissants. Notre Silence de Michel Cloup et Felt de Nils Frahm. Après le pianiste allemand, l’ex-Diabologum/EXPérience revenu des épreuves…

Par

0

Ce fut une année où la consommation, l’écoute, la découverte de musique s’est faite d’une manière radicalement différente. Une année flottante, en flux continu, dans laquelle les obsessions ont eu moins de temps pour s’installer, les albums moins de place pour convaincre : ouverture de tous les possibles, découverte sans risque, plongées trop tentantes dans les nostalgies…

Par

3

Encore 3 mois à attendre pour le nouvel album des Magnetic Fields. En attendant, Stephin Merritt a enregistré une reprise lente et vaporeuse de ‘Dream Again’ de… Franz Ferdinand. En plus, la vidéo est choupi.

Par

3

J’ai eu beaucoup de mal à trouver le point commun des albums qui m’ont hanté en 2011. Je les ai tous réécoutés, disséqués, digérés mais rien ne venait. Et puis le fil conducteur s’est dessiné. Il est devenu de plus en plus clair. De plus en plus évident : ces disques ont parlé à mon instinct plus qu’à ma raison. Ils ont sortis les griffes, m’ont attaqué violemment, m’ont caressé dans le sens du poil aussi. Ils m’ont envahi les artères et ont provoqué chez moi des sursauts physiques auxquels je ne m’attendais pas. J’en suis revenue vivante, des cicatrices aux bras, plus tout à fait la même, plus tout à fait moi-même.

Par

1

 
#26

Ce n’était pas le tango que l’on imaginait, ce n’était pas le tango lustré des salons. C’était celui de la rue, gouailleur, rieur, impoli, qui s’invitait dans un appartement gigantesque et trop petit pour lui. Ce soir là, Melingo nous a pris d’assaut. Nous avons suivi, ébaubis, étourdis, ivres et ravis.

Par

3

 

C’est une chanteuse timide que nous avions croisée il y a trois ans, que nous avions décidé de ne pas perdre de vue. Elle est revenue, nous l’avons enfin filmée. Les chansons de Liz Green sont toujours aussi fragiles et touchantes, sa voix précieuse, comme une petite cousine anglaise de Karen Dalton.

Par

2

Petite récréation pour dimanche soir pluvieux : Emily Jane White et Marissa Nadler s’amusant à reprendre le “Miss World” de Hole…

Par

2

 

C’était un dimanche matin, tôt. Ils avaient roulé toute la nuit depuis Berlin et devaient être à Calais en début d’après-midi pour espérer rejoindre l’Ecosse avant le lendemain. C’était un […]

Par

3

On n’arrête plus Felicia Atkinson. Après une année très productive et un LP sur Aguirre Records, celle qui se cache derrière le pseudonyme “Je Suis Le Petit Chevalier” est de retour avec une nouvelle cassette, “Venice Is Falling”. La première d’une longue série si l’on en croit l’artiste. Inspirées par par “les royaumes en décrépitude et leurs précieuses ruines”, ces trente minutes de flottement hors du temps s’écoutent et se téléchargent gratuitement par ici.  (Merci à Gacougnol )

Par

3

Jaune!, à la fois brillant batteur et réalisateur, était à New York lorsque la tension autour d’Occupy Wall Street était à son comble. Un soir, Lou Reed et Philipp Glass sont venus exprimer leur soutien aux manifestants. Jaune! en a fait un film, dans lequel le personnage principal est cet amplificateur humain, ces voix qui répètent de plus en plus fort ce que l’orateur prononce.

Par

3

La bonne nouvelle du jour vient de chez Domino : le 19 mars sortira le septième album de Spiritualized, “Sweet Heart Sweet Light”. Les trois prochains mois risquent donc de paraître longs.

Par

3

 

Dirty Beaches multiplie les fausses pistes, les détours, virant d’une mélancolie sourde à de furieux éclats, des blues furieux comme extirpés à la main de terres sèches. La minute d’avant, Alex faisait quelques blagues, parlait avec douceur. Où était tapie cette musique avant de sortir comme cela, nous ne le saurons jamais.

Par

3