Arlt c’est Sing Sing, Eloïse Decazes et Mocke. Un trio. Leur nouvel album s’intitule “Feu la figure”. Il a été enregistré au mois de janvier dernier par les soins de Radwan Ghazi Moumneh. C’était à l’Hotel2Tango, à Montréal, lieu de naissance et point névralgique du label Constellation. C’était après une tournée de quinze jours au Japon en compagnie de Tori Kudo, le leader barré des Maher Shalal Hash Baz. “Feu la figure” n’a pas les défauts d’un deuxième album. Il n’est ni la redite du premier, ni son contrepied. Aucun geste forcé. Que des gestes posés. Une évolution presque naturelle pour ceux qui ont préféré continuer à jouer plutôt que de se figer dans une configuration pourtant belle et heureuse qui s’appelait “La Langue”. C’est surtout un disque enthousiasmant…

Par

0

 

Il faisait bien chaud ce jour là, et Nick n’avait rien d’autre à faire que nous recevoir et jouer pour nous. Mais il était là, se tenant droit, chemise fermée, pantalon à pinces, mocassins vernis, mèche légèrement gominée, en leader d’une équipe qui n’avait pas besoin qu’il ne parle trop, jouant une musique millimétrée et pourtant élastique. Rigorous Groove.

Par

1

Il y a un an, le groupe Hjaltalin était l’invité d’une de nos Soirées de Poche. On les aime toujours beaucoup, mais on aime aussi les films. Ça tombe bien, Days of Gray, un film réalisé par Ani Simon-Kennedy s’inspire des islandais et, pour ne pas faire les choses à moitié, Hjaltalin en a composé la musique. Il leur reste 23 jours pour lever les fonds nécessaires à la concrétisation de ce beau projet. Pour avoir, un jour, une chance de voir sortir ce film, vous pouvez les aider via kickstarter.

Par

1

Le classique ‘I only have eyes for you‘, dans la version qu’en ont enregistrée les Flamingos, avait déjà en lui une espèce d’étrangeté lunaire. Repris aujourd’hui par le musicien expérimental Oneohtrix Point Never, on est face à un objet déroutant, fascinant, encore plus en apesanteur.

Par

1

“A la fin des années 60, je voyais deux visages dans le miroir ; l’un reflétait ma fierté d’avoir la peau noire et d’être une femme, l’autre la conviction que c’était ma couleur et mon sexe qui avaient tout foutu en l’air dès le départ” raconte Nina Simone dans son autobiographie. Quand Nina Simone se regardait dans le miroir, elle regardait les autres aussi. En 1970, elle chantait “Black Is The Colour Of My True Love’s Hair” pour panser des plaies, dépasser ces contradictions nées de la contingence – celle d’être née en Caroline du Nord dans les années 30 – et partir en guerre.

Par

6

Du 25 au 30 mai c’est la 7éme édition du festival Villette Sonique. Comme tous les ans, une belle programmation (Shabazz Palaces, Ariel Pink, MF Doom, Flying Lotus..), des concerts gratuits en plein air (Mudhoney, Egyptology, Death Grips) et un village label. En attendant les beaux jours, le festival a invité du beau monde à faire des mixtapes (Magic, Wow Mag..) et aujourd’hui c’est au tour de la Blogo avec une sélection à douze mains.

Par

1

Imaginez Andrew Bird entouré d’Andrew Birds, un orchestre de violons, un bouquet de boucles. C’est un projet en HTML5 que nous avons fait avec nos petites mains et l’aide du Mouv.

Par

6

L’été dernier, ils étaient les invités d’une belle Soirée de Poche avec Mina Tindle et Bertrand Belin : Artl sort aujourd’hui chez Almost Musique son très beau nouvel album Feu la Figure. Le duo à voix d’eau (Eloïse Decazes) et de terre (Sing Sing) sera en tournée en France à partir du 16 mai (au Café de la Danse).

Par

6

Parce que c’est ça aussi Bandcamp Fire : garder trace de coups de cœur sans prétention, comme ces disques entendus à la radio un grand sourire aux lèvres que l’on oublie aussitôt. Aujourd’hui, dansons en écoutant Psychic Wheels.

Par

1

Le soleil, la moto, le désert : plus vite, toujours plus vite. Rolling faster. Le bandana sous le casque pour se protéger des grains salés qui volent. Le son à fond, psyché baby, nue sur une route vide. Des rochers, une lumière jaune qui arase le relief. Ces drôles de buisson ronds qui volent au vent dans tous les films de cowboys. John Wayne va venir, la clope aux lèvres, les hanches qui roulent comme un matelot qui chavire dans un rade. Ou alors, ce sera easy rider, Dennis dans sa chevauchée sauvage avec son drôle de regard un peu plissé, comme pour mieux jauger le danger. Nostalgie des bad boys à grosse cylindrée ; les filles sont toujours attirées par les anges noirs, d’easy rider au motorcycle boy, ça ne change pas. Il a la moto, il a la fille. Et tant pis si après, c’est avec un banquier qu’elle se marie. En attendant : Rolling fast down 75, cutting it through like a knife, chantent les Black Angels.

PS :Entrance Song est paru sur l’album Phosphène Dream en 2010. Il s’agit ici d’un clip version NSFW publié aujourd’hui même par les Black Angels. Le NSFW se justifie par une demi seconde de sein nu à la fin du clip (bienvenue en Amérique).

 

Par

1

 

En interview, il ne cessait de répéter qu’il n’imaginait pas prendre un jour le devant de la scène. Qu’il n’était là que parce qu’il aimait jouer de la guitare et […]

Par

4