Né au milieu des convulsions post-punk qui secouaient l’Angleterre à l’aube des années 80, et poursuivant depuis 33 ans une trajectoire singulière et précieuse entre posture dandy, folk païen et hantise électrique, le groupe And Also The Trees était de passage à Paris, à la fin de l’hiver dernier…

Par

2

C’est la rentrée pour tout le monde, y compris The Daredevil Christopher Wright. Le deuxième album des petits gars d’Eau Claire, The Nature Of Things, sort le 24 septembre chez Almost Musique et pour fêter ça on vous offre leur nouvelle vidéo en exclusivité.
Si ça ne vous suffit pas, le premier titre de l’album “I & Thou” est en écoute ici et le deuxième “Divorce” est en écoute là. Ça vous donnera de quoi tenir jusqu’à l’annonce, très bientôt on l’espère, de concerts français.

Par

0

 
#27

Nous étions tous les six assis autour d’une table à La Maroquinerie où Electric Guest venait de donner un concert. C’était l’anniversaire de Matthew Compton, le batteur. Quelques minutes plus […]

Par

6

Le regard d’un néophyte sur une musique qui a rythmé et rythme encore des centaines de millions de quotidiens. Une introduction naïve, incomplète, mais sincèrement admirative. Cet article aurait pu s’appeler “La cumbia pour les nuls (par un pas beaucoup plus savant qu’eux)”.

Par

6

Adrian Crowley est en train de se transformer en Bill Callahan irlandais. Et ça n’est pas nous qui allons nous en plaindre. Voici « The Saddest Song », premier extrait de son nouvel album (le sixième) I See Three Birds Flying qui sort le 14 septembre chez Chemikal Underground.

Par

0

Je n’étais pas né lorsque Bill Fay a sorti ses deux premiers albums. J’ai trente-sept ans lorsqu’il sort son troisième. J’aurais pu continuer à ignorer ses chansons ; j’aurais manqué quelques chefs d’œuvre…

Par

5

Ça tombe bien ce mercredi férié, vous avez toute la journée pour écouter “Hollow Mountain”, deuxième extrait du nouvel album d’Efterklang, Piramida qui sort le 24 septembre.

Par

8

Dans un double mouvement d’attachement, certains disques savent marquer les instants et s’imprégner pour longtemps de nos états. Il y a l’album de l’automne 93, celui de l’hiver 87, celui de la mort du meilleur ami, celui des premiers mois de l’enfant. Et beaucoup d’autres. Il y a aussi ceux qui, sans prétention, accompagnent les moments anodins et restent plus discrets dans la mémoire. Beaucoup de ceux-là s’écoutent en été.

Par

3