Le sampler 2013 de Song, By Toad Records est arrivé. Il est gratuit “in the desperate hope to dredge up some semblance of passing interest from the indifferent masses“. Avec de l’excellent Sparrow and the Workshop, du très bon Adam Stafford et, bien évidemment, du Meursault dedans…

Par

0

Les décors sont de Neurosis et les costumes d’Arnaud Michniak” ou “Les décors sont de Trent Reznor et les costumes de Pascal Bouaziz” ou presque. Summer ou comment prendre le rock français par le fondement et avec classe.

French Manucure, essentiel et déjà disponible.

Par

0

Ils avaient initié le principe avec leur film An Island, réalisé avec Vincent Moon : le film était en libre accès si vous acceptiez d’organiser une projection chez vous. L’opé avait été un succès, alors Efterklang répète l’expérience avec The Ghost of Piramida, un documentaire sur leur dernier album, que vous pouvez voir chez vous, ou chez un inconnu, donc.

Par

0

 

Le micro du chant nous ayant lâché en cours de route, nous n’avons pu sauver qu’une seule chanson de la session de Cult Of Youth. Dommage, certes, mais il nous reste quand même cette version brutale de Garden Of Delights. Un hymne sauvage qui nous a explosé en pleine face et laissé pour morts dans ces ruines de la DDR.

Par

0

Le piano de Ludomyr Melnyk, le violon et la voix de Peter BroderickCorollaries est un album magnifique. Sortie le 15 avril chez Erased Tapes mais déjà en pré-commande sur leur site.

Par

0

Elliott Smith + Jon Brion + Paul Thomas Anderson = une vieille VHS avec des lives inédits. La belle surprise du vendredi.

Par

0

 

C’est un colosse que nous avons beaucoup filmé. Une masse souriante, espiègle, joueuse que Colin a accompagné une bonne moitié de l’année passée. Oxmo, nous l’avons eu sur deux clips […]

Par

3

Rien de nouveau sous le soleil new-yorkais, la musique des Psychic Ills respire toujours autant la came et le stupre. On reviendra bientôt sur One Track Mind, leur album à paraître sur Sacred Bones en février. En attendant , voici déjà “One more time”, un premier extrait en images.

Par

3

 

Nous nous donnons rendez-vous à San Francisco. Le groupe avait joué dans un gigantesque festival l’après-midi même. Ils me proposèrent de nous retrouver pour une bière au calme de l’autre côté de la ville, histoire de s’éloigner de la folie.
Nous n’avions pas prévu que la folie viendrait à nous.

Par

1

Il ne faut que quelques notes de sa harpe pour être aussitôt emporté bien loin dans le temps et se prendre, l’espace d’un instant, pour un passager du vent. Le nouvel album de Serafina Steer commence par une chanson magnifique, sûrement écrite au milieu d’un océan il y a quelques centaines d’années…

Par

0

 

Voilà ce que nous voulions : avoir les gens aux genoux de Conor O’Brien, assis à même le sol, oubliant la fatigue, les fourmis dans les mollets et les poignets engourdis grâce à ce qui leur passe par les oreilles, tels des enfants entourant un conteur un soir de veillée.

Par

5

Nous sommes quelques uns ici à placer Futuresex/Lovesounds très haut dans les charts de nos cœurs. Et à palpiter comme des midinettes à la vue d’un Justin Timberlake expliquant qu’il n’a jamais eu l’intention d’arrêter la musique, mais simplement attendu d’avoir de bonnes chansons pour sortir un disque. Compte-à-rebours à l’appui. On ne demande qu’à le croire, le temps de préparer la piste de danse. We’re ready too, Justin.

Par

5