La Blogothèque http://www.blogotheque.net Fri, 23 Sep 2016 10:01:32 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.8.1-alpha Le meilleur festival du monde est à Berlin http://blogotheque.net/2016/09/23/le-meilleur-festival-du-monde-berlin/ http://blogotheque.net/2016/09/23/le-meilleur-festival-du-monde-berlin/#comments Fri, 23 Sep 2016 10:01:32 +0000 http://blogotheque.net/?p=25013 Oui, on sait, c’est un peu facile de dire ça. Mais on vous jure. Vous allez avoir envie de prendre l’avion.

Il y a à Berlin un hôtel très particulier, au nom unique : le Michel Berger hotel. Au fil des années, ses propriétaires ont tissé des liens particuliers avec bon nombre d’artistes, au point de pouvoir lancer un mini festival. C’était en 2011, dans la cour, le lobby, les chambres de l’hôtel. Nous y étions allé, et nous avions filmé ces deux Concerts à emporter incroyables.

Cinq ans plus tard, ils remettent ça. Avec une ambition incroyable : faire un festival ouvert, collaboratif, comme nul autre.

Ils ont appelé leurs amis, quelques artistes parmi les plus importants et les plus influents du rock indé. Ils leur ont proposé d’inviter les musiciens qu’ils désirent, dans tous les genres possibles.  Tout ce beau monde (plus de 80 personnes) sera enfermé dans l’hôtel où, pendant une semaine, ils vont répéter, créer, collaborer… Puis, le week-end, dans un lieu gigantesque, une salle de concert d’un autre temps, aura lieu la restitution : 60 h de musiques dans des grandes salles, des hangars, des petits studios, des lobbys intimes…

Et le casting est incroyable. Aaron et Bryce Dessner, Justin Vernon, Vincent Moon, Stargaze, Brandon Reid et Ryan Olson ont programmé ce festival comme nul autre. Parmi les gens qui ont répondu à leur invitation, on trouve Erlend Oye des Kings of Convenience, My Brightest Diamond, The Staves, Mina Tindle, O, Fionn Regan, Sam Amidon, Alt-J, Rone, Damien Rice, Lisa Hannigan, mais aussi des musiciens d’autres continents, comme l’incroyable chanteuse argentine Soema Montenegro ou le péruvien Manuelcha Prado. Tous ces gens joueront là :

Michel Berger Music Festival 4

Et là :

Michel Berger Music Festival 1

Et puis là :

Michel Berger Music Festival 3

Là aussi :

Michel Berger Music Festival 2

Bon, bien évidemment, nous y serons. Toute la semaine, avec Vincent Moon, Colin Solal Cardo et une poignée d’autres réalisateurs, nous filmerons des moments privilégiés, des rencontres rares, des petites folies. Nous les posterons au fil de la semaine. Mais si cela ne vous suffit pas, Il reste des places. Si vous ne faites rien les 1er et 2 oct, on vous conseille très fortement de venir.

]]>
http://blogotheque.net/2016/09/23/le-meilleur-festival-du-monde-berlin/feed/ 0
Yung http://blogotheque.net/2016/09/21/yung/ http://blogotheque.net/2016/09/21/yung/#comments Wed, 21 Sep 2016 13:10:07 +0000 http://blogotheque.net/?p=25010 Une pinte de bière à la main, souriants malgré leur mésaventure de la journée, les Danois de Yung sont tous attablés à l’étage de l’Escape B. Plus tôt dans la journée et à moins de 200km de Paris, le groupe a en effet du rebrousser chemin pour retourner à Nantes récupérer un de leurs claviers qui manquait à l’appel, et Boris, le conducteur du van, tient à nous faire savoir qu’il a bien respecté les limitations de vitesse.

Nous sommes en février. Il fait froid, mais pas assez pour ne pas aller se balader dans les rues de Paris. Les jeunes Copenhagois n’ont de toute façon pas peur de l’hiver français. Une bouteille de vin bue sur le chemin finit de réchauffer les cœurs tandis que quelques personnes du public nous suivent en direction d’un banc public au bord du Canal de l’Ourcq où nous tournons une version acoustique de leur titre “The Child”, mon premier Concert à Emporter derrière la caméra. Les garçons de Yung éclatent de rire : “Ça tombe bien, c’est notre premier aussi !

]]>
http://blogotheque.net/2016/09/21/yung/feed/ 0
Francis Lung http://blogotheque.net/2016/09/14/francis-lung/ http://blogotheque.net/2016/09/14/francis-lung/#comments Wed, 14 Sep 2016 13:13:52 +0000 http://blogotheque.net/?p=25001 Je me souviens très bien de la première fois que j’ai rencontré Tom. C’était – coïncidence – le jour de la sortie de Go Tell Fire to the Mountain de WU LYF, et la soirée s’était fini, allez savoir pourquoi, à contempler la Tour Eiffel s’illuminer sous la pluie, les bras plein de tatouages Malabar, une bouteille de mauvais champagne à la main et une vieille liste de courses griffonnée de noms de films français dans la poche.

Je me souviens tout aussi bien de la première fois que j’ai entendu Tom chanter. Il m’avait envoyé un morceau enregistré dans l’intimité de sa chambre, sous ce drôle de nom, Francis Lung. Cette démo, c’était “Brooklyn Girls”, une ballade pleine de reverb, bien plus mélancolique que les coups de poignards intransigeants de WU LYF dont il assurait alors encore la basse et les choeurs. J’ai écouté ce titre jusqu’à l’épuisement, avant de recevoir d’autres trésors – “Faeher’s Son”, “Age Limits”, “Solemn”… – vers lesquels je me tourne encore régulièrement malgré les années.

Tom a une douce fragilité dans la voix qui brise le coeur autant qu’il en soigne ses éraflures. Quelque chose d’un équilibriste à deux doigts de chuter dans sa façon d’écrire et d’interpréter ses morceaux, toujours sur le fil. Il est pourtant tout aussi capable de pousser cette même voix, comme si sa vie en dépendait, de tout donner, tout lâcher de la manière la plus brute qui soit, et même de faire danser sur les cendres de ses désillusions et de ses peines lorsque sur scène, résonnent les notes pleines de reverb de “Selfish Man” ou de “Dance 4 Sorrow” et s’emballent les instruments du groupe qui l’accompagne désormais.

C’est cette sublime schizophrénie, ce double-jeu qui n’en est pas un – Francis Lung est peut-être l’alter-ego le plus réel que Tom pouvait imaginer – qui me fascine autant chez lui, qu’il soit derrière un piano ou une guitare, comme lors de l’après-midi ensoleillée qu’on a passé avec lui en avril dernier.

 

Le nouvel ep de Francis Lung, Mother’s Son Vol II, sera disponible dès le 16 septembre à cette adresse.

]]>
http://blogotheque.net/2016/09/14/francis-lung/feed/ 0
Sasha Siem http://blogotheque.net/2016/09/01/sasha-siem-2/ http://blogotheque.net/2016/09/01/sasha-siem-2/#comments Thu, 01 Sep 2016 13:08:26 +0000 http://blogotheque.net/?p=24992 Outre le fait d’être le meilleur guide de tout le royaume de Sa Majesté, Sasha Siem est une songwriter, chanteuse et multi-instrumentaliste dont le nouvel album sortira le 28 octobre.

Nous avons passé une journée ensemble, en février, à se promener dans Londres, s’arrêtant des des parcs pour jouer une chanson, dans une galerie pour une improvisation sur un carillon, et dans un hall immense pour que sa voix et son violoncelle remplissent l’espace jusqu’au plafond.

]]>
http://blogotheque.net/2016/09/01/sasha-siem-2/feed/ 0
The Divine Comedy http://blogotheque.net/2016/08/30/divine-comedy/ http://blogotheque.net/2016/08/30/divine-comedy/#comments Tue, 30 Aug 2016 13:13:09 +0000 http://blogotheque.net/?p=24975 Il était là, avec son petit regard malicieux et sa petite veste moutarde, entouré de son petit monde, dans un bar gigantesque et prestigieux. Il vagabondait, répondait à tout avec un petit sourire aux lèvres, lançait quelques piques à ses musiciens, et ne manquait jamais de se moquer de lui-même, au passage. Neil Hannon ne semblait ce jour-là ne rien attendre, et ne rien craindre, tout aimer même. Le soir même, il allait jouer pour la première fois de nouvelles chansons lors de l’Arte Concert Festival, mais c’est comme si ce n’était que plaisir. Il était l’homme sur qui tout glissait, comme si les contrariétés n’étaient que petites caresses, les contretemps propres aux tournages des taquineries.

Ce fut dans cet esprit mutin, dans ce rôle de dandy léger qui lui sied à merveille qu’il entama Funny Peculiar, balade badine posée là, comme une sucrerie dans une pièce cocon. Ce fut avec la même légèreté qu’il reprit la vieille et magnifique Songs of love,  la pimentant tout juste d’une pointe d’ironie, encore une fois léger, insouciant.

J’étais aux anges. Je regardais Neil Hannon et je voyais un souvenir s’éloigner, celui de la terreur que j’avais vécu en le filmant il y a 10 ans, moi le fan intimidé par le songwriter blasé et distant qu’il avait jadis été. Je me souviens m’être dit qu’il fallait peut-être rencontrer ses idoles, après tout. Mais il fallait juste le faire deux fois, pour augmenter ses chances d’arriver au bon moment. Ce fut le cas, cette après-midi là. Merci, Neil.

-

Le nouvel album de The Divine Comedy, Foreverland, sortira le 2 septembre. Neil Hannon sera en concert acoustique à la Maroquinerie dans le cadre de la [PIAS] Nites du 12 septembre à Paris. Toutes les dates de concert sont à retrouver sur le site du groupe

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/30/divine-comedy/feed/ 0
Fractured Air x Blogothèque – S01E08 | August mix http://blogotheque.net/2016/08/29/fractured-air-x-blogotheque-s01e08-august-mix/ http://blogotheque.net/2016/08/29/fractured-air-x-blogotheque-s01e08-august-mix/#comments Mon, 29 Aug 2016 12:35:39 +0000 http://blogotheque.net/?p=24932 Each month, Craig and Mark from Irish music website Fractured Air will curated an exclusive mix on Blogothèque with old favourites, new comers, excerpts of interviews and premieres.
Listen to previous episodes -

fracturedair_aug16

We’re proud to present an exclusive unreleased track by Christina Vantzou for August’s mixtape. The Kansas-born and Brussels-based composer has released three solo full-length LP’s to date (N°1, N°2 and N°3) via illustrious Chicago-based independent label Kranky.

Vantzou’s formidable body of work also spans the mediums of both visual art and film-making while her own music career began with duo The Dead Texan (alongside Adam Wiltzie) as the hybrid role of keyboardist/animator/video artist. The pair released their debut self-titled album in 2004 via Kranky. Through her preferred composing set-up of laptop, midi keyboard and headphones and an ever-present curiosity and tireless passion for exploring new sonic territories, Vantzou is among the the finest contemporary composers making music in the modern classical realm today.

Also featured on August’s edition are selections from the awe-inspiring Guerssen Records, a record label based in Catalonia, Spain. Set up in 1996, Guerrsen’s ever-expanding catalogue specialises in the reissuing of rare and obscure psychedelic, progressive, folk and garage albums from the 60s to early 80s.

Featured here are tracks from Paul Martin’s mid-sixties timeless opus It Happened ; We The People’s fascinating compilation Visions of Time: Complete Recordings (a 60s teen band from L.A. who also recorded 45s under the American Zoo alias) and Oberon’s A Midsummer’s Night Dream, a classic in the British psych-folk genre (it was originally released in 1971 as a private edition of only 99 copies).

August’s mixtape also features new releases from MJ Guider’s stunning debut album Precious Systems (Kranky), hype williams10/10 (Bandcamp); the return of legendary duo Xylouris White (Australia’s Jim White and Greece’s George Xylouris) with Black Peak (Bella Union) and Peter Broderick’s latest masterful record, Partners (Erased Tapes).

01. Christina Vantzou  - “juno loop 200 BC” (Unreleased)
02. Tomorrow The Rain Will Fall Upwards – “…And I Tried” (Blackest Ever Black)
03. Spiritualized – “Let It Flow” (Dedicated)
04. The Velvet Underground & Nico – “Venus In Furs” (Polydor)
05. Dirty Three – “Furnace Skies” (Anchor And Hope / Bella Union)
06. Xylouris White – “Black Peak” (Bella Union)
07. Trader Horne – “Jenny May” (Earth)
08. Dieterich & Barnes – “Parasol Gigante” (LM Duplication)
09. Kamuran Akkor – “Kabahat Seni Sevende” (Pharaway Sounds)
10. Mulatu Astatke – “Nètsanèt (Liberty)” (Buda Musique)
11. The Avalanches – “Because I’m Me” (XL Recordings)
12. Kamasi Washington – “Change Of The Guard” (excerpt) (Brainfeeder)
13. hype williams – “DIVA” (Bandcamp)
14. Jenny Hval – “Female Vampire” (Sacred Bones)
15. MJ Guider – “Triple Black” (Kranky)
16. Julian Winding – “The Demon Dance” (The Neon Demon OST, Milan)
17. Rival Consoles – “Lone” (Erased Tapes)
18. Bibio – “Wren Tails” (Warp)
19. Benoît Pioulard – “Layette” (Kranky)
20. Roj – “Attaining The Third State” (Ghost Box)
21. Oberon – “Nottamun Town” (Guerssen)
22. Georges Delerue – “Au Revoir Mon Amour!” (Cartouche OST, EmArcy)
23. We The People – “Back Street Thoughts” (Guerssen)
24. Robert Wyatt – “At Last I Am Free” (Rough Trade)
25. Jóhann Jóhannsson – “Flight from the City” (Deutsche Grammophon)
26. Peter Broderick – “Up Niek Mountain” (Erased Tapes)
27. Glenn Jones – “Spokane River Falls” (Thrill Jockey)
28. Brigid Mae Power – “Sometimes” (Tompkins Square)
29. Fiona Brice – “Glastonbury” (Bella Union)
30. Paul Martin – “This Is The End” (Guerssen)

-

Fractured Air is an online music webzine based in Cork, Ireland, which focuses on the best of independent music. Having started in July 2012, Fractured Air offers in-depth interviews, insightful reviews, original artwork and frequent mixes (including guest mixes), spanning the broad spectrum of today’s independent music scene.

Compiled by Fractured Air, August 2016. The copyright in these recordings is the property of the individual artists and/or record labels.
If you like the music, please support the artist by buying their records.

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/29/fractured-air-x-blogotheque-s01e08-august-mix/feed/ 0
Metronomy – 16 Beat | Live at Paris-Charles De Gaulle airport http://blogotheque.net/2016/08/25/metronomy-16-beat-live-paris-charles-de-gaulle-airport/ http://blogotheque.net/2016/08/25/metronomy-16-beat-live-paris-charles-de-gaulle-airport/#comments Thu, 25 Aug 2016 13:20:59 +0000 http://blogotheque.net/?p=24972 C’est un lieu où se côtoient voyageurs d’affaires fatigués et vacanciers heureux. C’est un lieu de transition, un endroit où certains terminent leurs séjours là où d’autre le commencent. C’est un lieu de stress relatif pour qui a déjà perdu sa valise une fois dans sa vie, mais c’est surtout un lieu d’excitation – que ce soit celle de revoir ses proches ou de découvrir un nouveau pays.

C’est ici, dans la salle des baggages déserte du Terminal 2E de l’aéroport Paris-Charles De Gaulle que nous avons invitée la tête pensante de Metronomy, Joseph Mount, et sa batteuse, Anna Prior, à rythmer le défilé continu de valises et les mouvements des danseurs chorégraphiés par le duo I COULD NEVER BE A DANCER, dans un film signé du réalisateur Colin Solal Cardo – le troisième après Rone et Nicolas Godin en association avec Paris Aéroports.

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/25/metronomy-16-beat-live-paris-charles-de-gaulle-airport/feed/ 0
Isaac Gracie http://blogotheque.net/2016/08/24/isaac-gracie-2/ http://blogotheque.net/2016/08/24/isaac-gracie-2/#comments Wed, 24 Aug 2016 08:41:00 +0000 http://blogotheque.net/?p=24915 Nous étions au milieu du mois de mai. Il pleuvait des cordes. Son train avait deux heures de retard. Il devait rentrer à Londres le soir même. Le serveur du bar n’était pas sympa, les prix prohibitifs. Et on n’avait foutrement aucune idée d’où aller pour tourner dans ce Paris gris et humide comme une sale blague de novembre.

Isaac n’était pas de très bonne humeur, convaincu que rien n’allait se dérouler comme il le voulait. J’étais à la fois épuisée et impatiente comme une gosse de l’entendre chanter. On fumait tous les deux clopes sur clopes. Je ne sais pas si le shampoing sec qu’il s’est fait à la terrasse du café l’a aidé à se détendre, mais c’était une drôle de première sur un tournage de Concert à Emporter.

Si ce n’est cette saloperie de temps automnal, on n’aurait pas eu de mal à le filmer dans un cadre bucolique, à sublimer son visage de Hanson / Macaulay Culkin pré-drogues, et à ne compter que sur son allure de gravure de mode, pour capter le regard de la caméra.

Sauf qu’Isaac est très loin de se réduire à sa seule belle gueule.

Et c’est au plus près de lui, de cette voix brisée, profonde, bien plus âgée et égratignée que son propriétaire, au plus près de cette émotion brute, à la fois douce et juvénile, presque grunge, qu’on s’est lové pendant qu’il chantait “Last Words” et “Terrified” sans effet, sans artifice, seul à la guitare.

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/24/isaac-gracie-2/feed/ 0
Øya festival 2016 : des photos et des mots http://blogotheque.net/2016/08/23/oya-festival-2016/ http://blogotheque.net/2016/08/23/oya-festival-2016/#comments Tue, 23 Aug 2016 10:44:41 +0000 http://blogotheque.net/?p=24936 Passé le choc thermique de notre arrivée à Oslo sous la pluie et dans le froid (relatif certes, mais 8°C en août, sérieusement la Norvège ?), c’est dans la joie et la bonne humeur qu’on a attaqué notre premier Øya FestivalFrançois y était il a deux ans, Vincent l’année dernière.

Le Øya, c’est d’abord un cadre, le Tøyenparken, joli parc du centre de la capitale norvégienne où on trouve pèle-mêle des kilomètres de gazon bien sûr, des stands de nourriture bio, autant de bars et de serveurs que de festivaliers, et trois piscines municipales absorbées par le festival pendant les quatre jours qu’il couvre – mais réservées aux heureux élus de la Mixed Zone où se croisent artistes, labels, journalistes, tourneurs et agents.

Le Øya, c’est aussi une ambiance particulière. Un festival où rien ne dérape, la faute à la pinte à 10 euros probablement, et à la moyenne d’âge des festivaliers, plus proche de la trentaine que de la vingtaine. C’est parfois frustrant (on aurait aimé voir une séance de ventriglisse dans le couloir de boue que la vilaine pluie du jeudi avait dessiné entre la scène Sirkus et la Vindfruen ou un début de chenille peut-être), c’est parfois agaçant (on aurait pu prendre une tasse de thé au premier rang du concert de Foals sans problème), mais c’est aussi étrangement reposant. Tout est facile au Øya : personne ne bouscule personne, tout le monde sourit, les scènes sont entourées de panneaux “no crowd surfing”, les couples et familles se prélassent au soleil sur de mignonnes petites couvertures tricotées à la main et les enfants-ramasseurs de gobelets sont lâchés en liberté dans le festival sans la moindre surveillance parce que rien ne semble pouvoir arriver dans ce cocoon grand comme un quart de Rock en Seine.

On ne s’étonnera pas alors d’avoir été accueilli comme des rois par un festival qui ne lésine pas sur les activités extra-festival – oui, on est allé faire de la tyrolienne en haut d’une ancienne piste de saut à ski des JO ; oui, on a fait une croisière en bateau dans les fjords ; et oui, on a passé une partie de la nuit du vendredi sous un magnifique tipi là-haut dans la forêt dominant Oslo -, mais tout cela avait un but : nous faire découvrir, outre les artistes internationaux présents au festival (big up à Jessy Lanza, Bleached, Rat Boy, Anderson Paak, M83, Massive Attack, PJ Harvey et New Order), la diversité et la vivacité de la scène norvégienne.

C’est ainsi que la session de zip-lining s’est accompagnée d’un concert intimiste de la jeune chanteuse Ary, entourée pour l’occasion du producteur Carl Louis – Ary dont on a ensuite retrouvé l’électro-pop envoûtante sur la scène du Sirkus ; que la croisière dans les fjords a été l’occasion de faire tout un tas de quizz sur la scène norvégienne ; et que la nuit sous le tipi s’est transformée en l’une des plus belles découvertes du festival, l’artiste Nils Bech, sorte de Tintin nordique à la voix de castrat, dont les boucles électro fascinantes lui ont valu d’être signé chez DFA, le label de papa James Murphy.

Outre Ary et Nils Bech, on retiendra aussi : la chanteuse Farao sous la pluie ; le jeune rappeur-petite frappe Ivan Ave, dont les titres hip-hop old school aux influences jazz nous ont pris par surprise ; le math-rock pas toujours précis, mais prometteur, du duo Aiming For EnriqueOkay Kaya, qu’on avait filmé en Concert à Emporter mais encore jamais vu en live, et dont les morceaux, dans la droite lignée d’une Emiliana Torrini, nous ont brisé le coeur ; et André Bratten – pas vraiment une découverte puisque nous l’avions programmé et filmé au Arte Concert Festival en avril, certes – dont le DJ set techno à 160db au club Dattera til Hagen en after du festival nous a fait danser jusque tard dans la nuit.

Photos © Xavier Reim

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/23/oya-festival-2016/feed/ 0
Bienvenue au Cosmo Jazz http://blogotheque.net/2016/08/22/bienvenue-au-cosmo-jazz/ http://blogotheque.net/2016/08/22/bienvenue-au-cosmo-jazz/#comments Mon, 22 Aug 2016 09:30:30 +0000 http://blogotheque.net/?p=24924 Depuis quelques années, se déroule chaque été à Chamonix un festival qui se joue « sur la plus belle scène du monde ». Et si l’on peut soupçonner André Manoukian, grand ordonnateur du CosmoJazz Festival, de verser un brin dans le lyrisme, il faut reconnaître que si vous aimez la nature et les grands espaces, il faut courir pour vivre ce festival hors du commun où les concerts se jouent à 2.000 mètres d’altitude, avec la chaîne du Mont Blanc en fond de scène.

Cette année, nous y avons passé 4 jours, magnifiquement accueilli par l’équipe en place (impressionnante dans son organisation), et occasion unique de coupler découverte d’une programmation pointue et joies de la montagne en été.

Sylvain Rifflet, Blick Blassy, Comet is Coming, Ego Pusher… De ces quatre jours, on vous rapporte quelques films réalisés par Jeremiah et co-produits avec Oleo films et Culturebox qui devraient vous convaincre pour l’année prochaine…

]]>
http://blogotheque.net/2016/08/22/bienvenue-au-cosmo-jazz/feed/ 0