Justin Timberlake

'Say Something'

Bon Iver

'8 (circle)'

Phoenix

'Ti Amo'

Alicia Keys

'Alicia in Paris'

The National

'Live in Cork'

Arcade Fire

Lianne La Havas

Fleet Foxes

Beirut

There are many different ways to react to hatred and the whole world being a fucking mess. Anger. Violence. Isolation. Sadness. More hatred of course. Apathy. Going AWOL on a […]

Par

0

Summer 1999, I think. We were 15, 16 years old maybe. No cellphone and a pretty awful collection of clothes. Bored as hell in our small town lost in the […]

Par

0

Le fantôme du cortège d’une manifestation déjà loin. Le souvenir d’une foule. Des restes de flyers et d’affiches éparpillés sur le sol. Des skaters qui reprennent petit à petit leur […]

Par

0

J’ai toujours été fascinée par les gens qui ont un effet apaisant immédiat sur les autres. Ceux qui possèdent cette impalpable aura capable de calmer n’importe quel maux par leur […]

Par

0

C’est l’histoire d’une Soirée de Poche qui a refermé une décennie de plaies.

Par

1

Après Wilco en 2016, nous sommes retournés au festival hollandais Le Guess Who? pour filmer de nouveaux Concerts à Emporter en fin d’année dernière. Second épisode avec l’Argentine Juana Molina.

Par

0

Après Wilco en 2016, nous sommes retournés au festival hollandais Le Guess Who? pour filmer de nouveaux Concerts à Emporter en fin d’année dernière. Premier des deux épisodes que nous y avons réalisés avec la fascinante violoniste Sudan Archives.

Par

1

Je me souviens encore de ce disque incroyable dont la pochette montrait une jeune femme habillée comme une jolie paysanne d’un autre temps, souriant devant une maison d’un autre siècle. […]

Par

0

Un artiste seul face à une personne, pour le concert le plus intime et le plus intense possible. Ce sont les One 2 One, notre nouvelle série, inaugurée lors du Michelberger Music, il y a de cela un an, à Berlin. Premier épisode : Bon Iver.

Par

0

Istanbul. Juillet 2014. Erdal Erzincan nous attendait à l’angle de la Bağdat Caddesi et de la Cengiz Sokak. C’était au cœur de Maltepe, un quartier résidentiel de la rive orientale d’Istanbul, à l’écart des zones plus touristiques et plus huppées de Kadiköy. Il est d’ailleurs coupé du reste d’Istanbul par un énorme échangeur autoroutier qui est tout autant une frontière géographique qu’une frontière symbolique. On la franchirait en taxi, après quelques tentatives infructueuses en bus. Il nous faudrait longer une avenue assez large bordée de commerces pour se retrouver là, devant son atelier et à deux pas de son école. Sur la colline, derrière, on apercevait des ensembles d’immeubles bétonnés qui contrastaient avec la façade horizontale du bord de mer, ses restaurants de poisson et sa vue sur les îles du Prince. Sur les pentes, les voies se faisaient plus serpentines et le quartier déroulait les éléments d’un urbanisme familier tel qu’on le retrouve dans les banlieues de partout : des parkings pour automobiles, des rangées d’arbres longs et étirés entre les blocs ou le long de la route. Pourtant on était à Istanbul, cela ne faisait aucun doute. Et on s’apprêtait à rencontrer l’un des grands maîtres de la musique turque contemporaine.

Par

0