La Blogothèque

Justin Timberlake & Chris Stapleton – “Say Something”

17 musiciens, 60 choristes, cinq étages, deux ascenseurs, une seule caméra et beaucoup de micros : c’est le Concert à Emporter de Justin Timberlake et Chris Stapleton, tourné en live dans le prestigieux Bradbury Building de Los Angeles.

“Tu imagines si on filmait Justin Timberlake un jour ?” 

C’est un jeu enfantin, un jeu universel, aussi naïf qu’essentiel. On se raconte des histoires, on imagine des choses inatteignables, certes possibles mais hautement improbables, on dessine des scénarios de purs fantasmes. On le fait seul dans les moments d’ennui. On le fait à plusieurs, en s’excitant les uns les autres avec ces idées folles, ces choses qui n’arriveront jamais, mais méritent tout de même qu’on les façonne, qu’on les conçoive.

“Tu penses qu’il jouerait le jeu du Concert à Emporter ?”

Jusqu’à ce qu’elles arrivent. “Hi, I’m working for Justin Timberlake’s team. He’d like to shoot a video with you. Would you be available early next month ?”. Puis l’inconnu. Des informations fournies au compte-goutte qui font que nous n’aurons au final pas d’autre choix que d’assumer que si une personnalité de cet acabit a fait appel à nous, c’est parce que qu’elle veut venir jouer sur notre terrain. Enfin, on espère…

“Tu crois qu’il accepterait de faire de l’acoustique pure ?”

On aura ainsi passé des semaines à tâtonner, en nous accrochant à ce maigre espoir que nous partions faire ce que nous savions faire, que le mainstream n’allait pas nous croquer tout cru. Lorsque nous sommes arrivés à Los Angeles, à cinq jours du tournage, nous n’avions encore que cet espoir.

Les collines environnantes brûlaient, nous ne savions pas où nous allions, quand soudainement, tout s’est mis en place. Très vite. Trop vite. Et vint la confirmation. Nous allions jouer selon nos règles: un plan séquence, prise de son naturelle, sur place. Mais lui y confronterait les siennes : massif, ambitieux, réglé au cordeau.

Ensemble, nous avons dessiné le plus fou des plans : un titre, “Say Something”, des musiciens répartis sur cinq étages du gigantesque Bradbury Building, convergeant tous autour d’un puit de lumière. Justin Timberlake et Chris Stapleton, avec qui il partage le morceau, qui progressent dans cet environnement, en partant d’une salle abandonnée pour ensuite prendre escaliers, ascenseurs, enrichir la chanson au fur et à mesure, le tout enregistré en live, avec une seule caméra, comme un Concert à Emporter classique. À la différence près que nous tournions avec 17 musiciens, et une chorale de 60 personnes…

Justin Timberlake était aussi attentif, ouvert et disponible que peut l’être une personne entourée, conseillée, choyée en permanence. Il était surtout dans le moment, incroyablement concentré, comme s’il nous disait ‘ne vous occupez pas de moi, il y a assez à faire avec tout le reste’. Il avait, l’air de rien, changé notre axiome pour une journée. De “réunir les ingrédients pour que la magie opère, et laisser faire”, nous étions passés à “chorégraphier précisément un film pour être sûr que la magie opère, et suivre le travail d’orfèvre”. Et voir son fantasme de film incarné au millimètre près, devinez quoi… c’est aussi magique.

-

Un film de La Blogothèque Réalisé par Arturo Perez Jr.
Réalisateurs audio : Guillaume De La Villéon & Henri D’Armancourt
Producteur / directeur artistique : Christophe ‘Chryde’ Abric
Directeur de la photography : Bill Kirstein