La Blogothèque
Concerts à emporter

alt-J – part one

“3WW” en acoustique un jour d’été à Rouen.

“3WW” n’est pas une chanson. C’est une chanson dans une chanson, dans une chanson, dans une chanson. Un titre avec de multiples couches, avec des détours, des changements de rythme, de ton, de couleur, de texture. Plusieurs voix aussi. Et c’est un peu devenu la spécialité d’alt-J et de leur producteur – le génial Charlie Andrew – qui, depuis la sortie de leur premier album, An Awesome Wave, sont passés maitres dans la fabrication de puzzles pop tortueux : les pièces sont là, étalées devant nous, mais il est presque toujours impossible de savoir à quoi va ressemble le dessin une fois tous les morceaux assemblés.

>> alt-J – part two <<

Tourner un Concert à Emporter avec alt-J sur ce morceau était un défi. Visuel d’abord, parce qu’il fallait éloigner la batterie de Thom Green pour qu’elle n’interfère pas avec les autres instruments, tout en gardant la cohérence du trio. Parce que la longue intro du titre et ses nombreux virages demandaientt une bonne dose d’imagination dans l’espace clos qu’est l’Aitre de Saint-Maclou, cet ancien cimetière du XVIe de Rouen.

C’était aussi un défi sonore. La musique d’alt-J prend tout son sens si on en garde les nombreuses couches, si on y entend cette grandeur jamais écrasante, et si on se fait emporter par sa sombre beauté, aspirer par les changements permanents de direction. Comment garder cette sensation en acoustique ? L’ambisonic, une technique d’enregistrement sonore “en 3D” qui permet de se sentir immergé dans une chanson, elle-même immergée dans un lieu – une sorte de VR sonore qu’Etienne, notre réalisateur son, a ici employé pour la première fois.

Ce Concert à Emporter marquait aussi des retrouvailles acoustiques avec un groupe que l’on regarde grandir depuis maintenant cinq ans, et une réponse à celui que nous avions tourné avec eux en 2012 sur un banc de Montmartre : bucolique, certes, mais surtout, organique, entouré de la vie d’une ville qui accueillait ce soir là leur retour sur scène et le début d’un nouveau chapitre pour alt-J.