La Blogothèque

Maud Octallinn – Super fière sur mon bulldozer

Pour raconter l’histoire de son Bulldozer, Maud Octallinn a confié son clip à un illustrateur pour enfants et un artiste de collage. Cela donne un univers bricolé, froissé et fragile mais surtout grandement poétique.

Maud Octallinn chante d’une voix très haute, qui peut sembler très fragile, en permanence sur le point de se briser, mais qui au final ne romp jamais. Une brindille super forte et super décidée, prête à s’armer d’un Bulldozer pour s’aider à avancer, et à tout casser devant elle.

Cette fragilité et cette volonté sont toutes les deux à l’oeuvre dans le clip qu’elle a confié à Vincent Pianina et Bertrand Sallé. Son petit personnage ne résisterait pas à une brise, mais avance vaille que vaille grâce à sa grosse machine, dans un univers froissé et apocalyptique.

La grande force des réalisateurs, c’est d’avoir su donner une vraie teinte, une atmosphère sombre juste à partir de papiers déchirés. La délivrance, une fois le gigantesque mur cassé, n’en est que plus belle. Des images de bric et de broc dont la poésie donne encore plus de chair à cette belle comptine opiniâtre.