La Blogothèque

Des images du Michelberger Music Festival

Il y avait Bon Iver, Damien Rice, Aaron et Bryce Dessner, My Brightest Diamond, Mouse on Mars, les Kings of Convenience, les Staves, deux membres d’Alt-J, et tant d’autres. Plus de 80 musiciens qui ont passé une semaine ensemble à Berlin pour donner le festival le plus novateur, le plus ouvert, le plus riche qu’on puisse imaginer. Nous y étions aussi, et on en a ramené de belles images.

Tous se souviennent du premier jour, quand, après une visite introductive de la Funkhaus, on les a laissés s’emparer librement de l’endroit, investir les studios, les auditoriums de cet ancienne “Maison de la Radio” est-allemande. Ils n’en menaient pas large, tous ces musiciens prestigieux, venus d’Angleterre, de France, du Pérou, de Norvège, des Etats-Unis pour jouer ensemble. On sentait dans les halls immenses et vides, les salles encore poussiéreuses, le dédale étourdissant des couloirs, l’excitation et la sidération mêlée, comme celle qui peut saisir un enfant poussé dans le grand bain. Ces musiciens étaient là pour créer, collaborer librement, faire absolument ce qu’ils veulent, et aucun ne savait évidemment quoi faire. Et nous, avec nos caméras, nous ne savions pas trop ce que nous filmions.

Nous étions tous là parce que nous avions répondu à l’appel de Tom et Nadine, les patrons de l’hôtel Michelberger à Berlin. Ils avaient décidé de lancer un festival différent, le MichelBergermusic, dont le principe est limpide : inviter 80 artistes à rester la semaine à l’hôtel pour travailler ensemble à un festival de deux jours comme nul autre, dans lequel les concerts donnés seraient la résultante de la semaine de travail. Justin Vernon, les frères Dessner, Vincent Moon et Tom et Nadine se chargeaient d’inviter et de donner l’impulsion. Et cela fonctionna à merveille.

Car passée la sidération évoquée plus haut, ce ne fut que magie. Au fil des jours, les vieux murs bétonnés de la Funkhaus s’allégaient, crépitant sous les bulles de créativité qui explosaient ça et là. Ici, les Staves improvisaient une harmonie pour habiller une nouvelle chanson des Kings of Convenience. Là, Damien Rice répétait avec une chorale de 30 personnes. Dans une petite salle tamisée, un vieux joueur de viole tchèque improvisait sur des boucles lancées par Thom et Joe de Alt-J. Le collectif Stargaze jouait de ses cordes avec qui voulait bien passer par là, qu’il s’agisse de Poliça, Shara Worden ou les rappeurs de Kill the Vultures. Sous un arbre, Erlend Øye apprenait une chanson italienne à une tripotée de musiciens agenouillés sur l’herbe…

Le week-end, le public ne savait pas ce qu’il allait voir. Ils pouvaient être 30 dans un studio à regarder les frères Dessner tisser les morceaux du prochain album de The National, une petite centaine à voir Vincent Moon projeter ses images de rituels sacrés sur la musique de Senyawa,  500 assis par terre dans un grand auditorium face à Bon Iver et une chorale. La surprise, l’inattendu, la collaboration, le partage étaient les maîtres mots d’une semaine pareille à nulle autre, que nous avons eu la chance de filmer. Jeremiah, Colin Solal Cardo, Aelred Nils, Thomas Rabillon et Ilan Cohen ont couru toute la semaine de salle en salle pour en ramener ces images, que nous sommes fiers de pouvoir enfin vous montrer.

TOUTES LES VIDEOS SONT SUR MICHELBERGERMUSIC.COM