La Blogothèque
Concerts à emporter

Pain-Noir – La Retenue

Un lac asséché. On pourrait dire beaucoup de choses dessus, et avant tout, sans doute, à quel point ce n’est pas sec : la terre, surprise de se retrouver soudainement à l’air,  y est certes craquelée, mais elle est molle, humide et dégorge doucement, donnant aux plantes de quoi pousser déraisonnablement, sans retenue.

C’est très vert, un lac asséché, donc. C’est aussi, paradoxalement, désertique par endroits. Autant certaines zones disposent d’eau en abondance, autant d’autres semblent n’avoir connu qu’un air sec. C’était le cas de ces petites maisons en contrebas, l’ancien hameau englouti dont ne restaient que les murs bruns, posés au milieu d’une terre nue, entourés d’arbres faméliques. C’était un lieu irréel, comme figé et pas à sa place. C’était là que Pain-Noir chanterait.

On entendait les touristes papoter, leurs enfants jouer, leurs cris résonnant longuement dans ce gigantesque couloir vide, tant et si bien que nous ne savions pas toujours d’où ils venaient. Ils étaient nos fantômes, ces cris. Ils étaient comme le lointain écho des jeux évoqués par Pain-Noir dans La Retenue. Une chanson sur un village englouti que nous chantions dans un village temporairement sorti des eaux.

‘La Retenue” est extraite de l’album Pain Noir, sortie le 23 octobre 2015 (Tomboy Lab / Un Plan Simple).