La Blogothèque
Concerts à emporter

Fictonian

Cela ne nous était quasiment jamais arrivé : ne rien savoir du groupe que nous allions filmer avant de le filmer.

De Fictonian, nous ne savions donc rien. Il était Anglais, venait de Londres, c’est tout. Pas de nom, pas d’âge, pas de visage, aucune histoire, rien… Nous ne connaissions que deux chansons : “Double Negative”, une balade évidente, légère, et surtout “Full Circle Influence”, ce couplet simple répété, décliné comme un mantra, montant lentement en puissance avec ses bruits grinçants, ces bibelots qui scandent les mêmes sons ad libitum

 

C’était assez pour nous donner envie. Les chansons précèdent le chanteur, ce petit gars au nez fin et aux yeux pâles, discret et sûr de lui, qui n’en dira pas beaucoup plus. Il a une façon toute anglaise d’être élégant dans la réserve, de vous faire sentir qu’il est heureux sans en faire trop.

Avec ses deux musiciens, nous jouerons à nous glisser dans des lieux de passage des Buttes Chaumont. A nous placer, immobiles, dans des endroits où les autres passent. Et ce groupe assis par terre, ce musicien qui fait grincer une poignée de valise, cet autre qui joue de la guitare accroupie, sont à peine des incongruités pour ces passants. Un bel agrément, une mélodie décidée à nous accompagner pour quelques moments encore. Les chansons de Fictonian ont confirmé leur force ce jour là. Évidentes, entêtantes, sans doute parce qu’aussi légères, naturelles, que les sons d’un grand parc.