La Blogothèque
Concerts à emporter

Asaf Avidan – Over my head

On a beau avoir entendu Asaf Avidan, on a beau en avoir parlé avec ceux qu’il fascine, avec ceux qu’il hérisse, ça fait toujours un peu quelque chose de l’entendre pour la première fois en vrai. Surtout quand cette première fois est dans une pièce close, juste avant le tournage et que sans prévenir, le monsieur vocalise. C’est une puissance, avant tout une puissance, qui laisse juste coi.

Nous sommes dans les couloirs vides du Musée Picasso à Paris. Chacun de nos pas résonne dans l’espace vide. Il n’y a pas un bruit, il n’y a que le marbre de cet escalier massif, et quelques lumières pour l’éclairer, comme si nous n’avions pas le droit d’être là.

Asaf s’assoit, nous éteignons tout, et éclairons juste son visage. Et là, c’est une magie née de disproportions entre cette proximité à l’image, la force de cette voix, et l’ampleur de l’espace dans lequel elle rebondit.