La Blogothèque
Concerts à emporter

Samba de la Muerte

On avait décidé de prendre le temps. Car pour faire de belles choses, il faut du temps.

Je connais Adrien depuis quelques années, on se parle, on se croise, on s’échange des trucs. Je savais évidemment qu’il jouait dans Concrete Knives. Et un jour, sans prévenir grand monde, il a fait apparaître Samba de la Muerte. C’était presque une évidence de le faire se rencontrer Aelred, Henri et Adrien pour beaucoup de raisons. Tout le monde semblait heureux de faire ce film.

Nous sommes allés à Caen.
Quand on décide de passer deux jours avec Samba de la Muerte, c’est une galaxie qu’on traverse. Une galaxie donc, d’amis d’Adrien, tous musiciens, que l’on rencontre lorsqu’on arrive chez eux : un appartement qui ressemble plus à un studio qu’à un appartement. Entre Gabriel Superpoze, Clément Dalton Darko, Arthur Beeboy, Martin Lapin, il y avait du beau monde à découvrir et entendre. Ils avaient eux aussi envie de faire ce film.

Nous avons pris les voitures, les instruments, sommes montés à une trentaine de mètres du sol dans des anciennes carrières, avons filmé Adrien seul avec son sampler au bord de la mer, devant les habitués d’un café de Luc sur Mer, avons cherché des lieux dans Caen pour finalement trouver ce hangar à bateaux, près du port, hors du temps. Là, un homme-marin nous accueille pendant qu’il peint, et nous explique que cet endroit sera détruit prochainement , qu’il faut en garder des traces.
Nous en avons fait un film.

www.sambadelamuerte.com