La Blogothèque
Concerts à emporter

Japanese Guy

Les faiseurs de bruits, que nous avons suivi jusque là, attendent ensemble un signal, pour se lancer dans deux sets d’impro, qui se calent sur et jouent avec le vacarme ambiant, le mêlant à leur musique pour former une cacophonie ordonnée, la mise en musique du bruit fortuit qui nous entoure.

Sur le pont Pulaski, qui fait la jonction entre l’extrémité nord de Brooklyn et Long Island City et surplombe Manhattan, nous scrutons une skyline brumeuse, les silhouettes fantomatiques de la ville au loin, écoutons le fouillis de bruits qui remplit l’air alentour.

Les Japanese Guy(Skye Skjeset des Fleet Foxes, Andrew J.S. et de Chirs Icasiano), sautent par-dessus le terre-plein central, esquivent les coursiers et se font ainsi un chemin vers le sommet du poing.

Le bras d’une grue balance sous le pont, déposant de la ferraille sur une barge en partance vers l’East River. Des camions passent en trombe derrière, des avions au dessus, et partout les bruits de construction ponctuent les courts silences.

Les faiseurs de bruits, que nous avons suivi jusque là,  attendent ensemble un signal, pour se lancer dans deux sets d’impro, qui se calent sur et jouent avec le vacarme ambiant, le mêlant à leur musique pour former une cacophonie ordonnée, la mise en musique du bruit fortuit qui nous entoure.