La Blogothèque

Où étions-nous Lubomyr ?

Jusqu’à dix-neuf notes à la seconde, le piano souffre sous les doigts de Lubomyr Melnyk, mais nous ne nous en rendons pas compte, absorbé, subjugué, fasciné que nous sommes par la musique de ce grand monsieur…

Où étions-nous ?

Où étions-nous quand Lubomyr Melnyk était virtuose et phénomène, bien avant aujourd’hui ?

Pour quelles raisons absurdes ne sommes-nous pas nés quelques années plus tôt, pour pouvoir le connaître avant ?

Pour quelles raisons encore plus absurdes n’avons-nous pas entendu ce nom, ce piano, cette musique auparavant ?

Où étions-nous, où cherchions-nous ces émotions, ces vagues, cet entêtement splendide à répéter presque invariablement ces enchaînements de notes, ces perspectives immuables, décrites par des notes lentes et vives à la fois, ces longues minutes hypnotiques mais non lassantes ?

Nous devions peut-être attendre que le violon familier de Peter Broderick vienne nous le présenter, l’accompagne dans les moments tourmentés (“Pockets Of Light”) et l’apaise finalement (“Le Miroir d’Amour”). Que la guitare de Martyn Heyne (Efterklang) s’y joigne discrètement et que Nils Frahm sublime le tout.

Where were you guys when I was thirty?“  leur a demandé Lubomyr Melnyk, quand l’album a été terminé.

Ils n’étaient pas nés et nous étions des enfants…

 

 

Visuel LUBOMYR MELNYK - Corollaries

Lubomyr Melnyk – Corollaries (Erased Tapes) déjà disponible.

En concert en Europe fin mai, à l’Ancienne Belgique à Bruxelles le 19 mai (avec Nils Frahm)