La Blogothèque

Une saga islandaise contemporaine

Les rudesses de Við og við, les ravissements de Innundir Skinni, les surprises de Ólöf sings et maintenant les beautés de Sudden Elevation… La discographie d’Ólöf Arnalds devient une saga en soi.

Dans les sagas islandaises, dans leurs versions originelles ou dans la libre interprétation qu’en a récemment fait le grand écrivain américain William T. Vollmann (La Tunique de Glace, lecture essentielle du moment), il n’est question que de rois sanguinaires et de leurs vassaux tout aussi brutaux, d’infanticides et de parricides, de trahisons et de vengeances, sous prétexte d’honneur ou d’ambition. Faire assassiner neuf de ses dix enfants pour vivre quelques années supplémentaires, occire son père pour lui subtiliser ses terres ou bannir sa famille plutôt que de la décimer pour les plus mesurés d’entre eux.

Dans ces sagas, on évoque aussi des reines, des sorcières, des femmes qui dialoguent avec les animaux, les esprits de la forêt et les dieux pour certaines d’entre elles. Des femmes qui soutiennent vaillamment l’orgueil de leurs maris mais qui savent tempérer leurs ardeurs quand ceux-ci deviennent aveuglés par leurs amours-propres. Des femmes qui savent charmer et envoûter les hommes…

Si les récits légendaires narrent des faits survenus il y a près de mille ans et qu’il est parfois permis de douter des Roi-Ours norvégiens et des mythes autour de leurs descendants partis coloniser l’Islande puis le Groenland (la fameuse Montagne de Glace de leurs rêves), il est en revanche plus difficile de nier l’existence des sorcières locales et de leurs irrésistibles pouvoirs de séduction. Il y a eu la Femme-Esprit des songes hallucinés des Skrælings, qui changeait le sexe des humains bien avant l’établissement des Colonies de l’est et de l’ouest. Il y a eu la Mère-Roi Gunhild, épouse du Roi Eric à la Hache Sanglante, sorcière lapone qui fit de ses fils une génération redoutable de meurtriers-immoleurs. Il y a eu aussi Thjodhild, fille de Jorund qui se maria avec Erik le Rouge au Xème siècle et le suivit dans ses bannissements successifs.

Il y a eu beaucoup d’autres femmes, d’autres ensorceleuses dont l’histoire aura retenu le nom, siècles après siècles. Jusqu’à Ólöf, en ce début du vingt-et-unième siècle…

Ólöf Arnalds – Sudden Elevation (One Little Indian). Déjà disponible.

Visuel Olof Arnalds - Sudden Elevation