La Blogothèque

Jessie Ware

Tourné lors du Pitchfork Festival 2012, un concert à emporter d’une belle simplicité avec une chanteuse incroyablement investie.

Elle dit oui, vous le savez. Elle veut le faire. Elle a parlé de vous. Mais il y a eu entre elle et vous pas mal de gens qui disent non, des gens qui ne lui demandent pas, des gens supposés la protéger de toute interférence. Alors, il faut avoir foi, et se dire qu’on va réussir à la croiser et qu’alors, cela ira de soi.

Elle vient de terminer son concert au Pitchfork festival. Elle est à l’arrière de la scène, elle embrasse quelques fans. Elle aurait bien dit oui mais… elle a si peu de temps, c’est si soudain. Nous y allons de notre laïus bien rodé sur la beauté de la spontanéité, des moments volés, de ces quelques minutes qui vont prendre plus de couleur, de poids que celles qui les entourent.

Elle hésite, hésite, puis plus du tout : “oh fuck, let’s do it”. Dix minutes plus tard, nous sommes hors de la Halle de la Villette. Encore dix minutes, et nous venons d’enregistrer une chanson, interprétée magistralement, comme si tout cela coulait de source, comme si la souplesse, l’élasticité de ‘Running’ était l’évidence même. Sans doute est-ce parce que Jessie s’y plonge avec sincérité, comme par évidence.

Entendez ce petit rire étouffé à la fin de la vidéo. C’est celui d’une femme qui retrouve l’insouciance et l’allant qu’elle avait juste avant de s’investir dans sa chanson. Jessie Ware n’est pas chanteuse à moitié.