La Blogothèque

Alt-J (∆)

Voir les Alt-J en Concert à emporter, c’est voir un groupe faire des miniatures délicates et fragiles de chansons foisonnantes. Chaque son est compacté, réduit, miniaturisé, et le groupe met le tout en place comme s’il empilait des brindilles.

On imagine que tout groupe rêve, à un moment ou un autre, que ça marche. A défaut de viser ou fantasmer la gloire, ils doivent au minimum l’envisager. Les Alt-J (∆) ont longuement travaillé leur album, l’ont ciselé en détail, y ont fourré un nombre d’idées non négligeable. A un moment ou à un autre, cela a du leur traverser l’esprit. “Ça pourrait marcher”.

C’est arrivé, ça a marché. Ce n’est pas tout à fait la gloire, et leur album ne fait pas non plus l’unanimité (coucou P4K !). C’est simplement un succès, qui enfle, doucement, sûrement.

Mais ce jour là, c’est comme si rien ne s’était passé. Posés sur les pentes de Montmartre, autour d’un banc, cernés par l’insouciance touristique, c’est comme si le groupe devait encore faire ses preuves, comme si pas une note ne devait être prise à la légère.