La Blogothèque
Concerts à emporter

Vincent Segal & Ballaké Sissoko

Quelques années auparavant, Vincent était le premier musicien que je filmais, et très vite a été le premier à m’encourager à filmer la musique. Pour lui, filmer avec une réelle écoute amenait à faire partie du groupe, à influer de manière cruciale sur la performance musicale. Cette idée qui n’était qu’une intuition pour moi à l’époque est depuis devenue centrale à mon travail.

Pour ce musicien de formation classique, la notion de maître est constitutive, et je me sentais parfois comme un élève à qui il pointait quelques principes importants. Le plus marquant a été de reconnaitre la valeur de la simplicité, que les oeuvres les plus belles et profondes se créent dans l’austérité de moyens. Qu’il vaut toujours mieux faire avec ce que l’on a. Et je n’étais pas étonné d’apprendre que ce sublime album “Chamber Music” avec Ballake Sissoko a été enregistré en trois nuits maliennes, un prise par titre.

Je dois à Vincent la découverte d’Arthur Russell au détour d’une conversation, une rencontre décisive avec Piers Faccini, Wldstyle et Grand Master Flash, El Choclo, Saul Williams, Blackalicious, et une certaine complaisance envers mon mauvais caractère (ça va mieux merci).

Ballake ce matin-là sortait d’une nuit blanche soucieuse, et portait un sourire diaphane aux incessantes anecdotes de Vincent.