La Blogothèque
Concerts à emporter

Typhoon

Dans un arbre gigantesque, et autour du même arbre, un musicien puis deux, trois… perchés, cachés, toute une troupe qui s’assemble. Les Typhoon sont dix, et ça leur va bien.

Nous étions épuisés. C’était le dernier jour d’un SxSW éreintant et nous avions passé la nuit précédente à rester éveillés, à chanter, boire, et rêver toute la nuit en compagnie d’un groupe déjà filmé.

Ce matin là, les gens de Typhoon n’étaient pas encore arrivés qu’ils étaient déjà en retard pour un rendez vous. Ils n’auraient qu’une demi-heure pour nous. Ils avaient joué sans compter toute la semaine, ils n’en pouvaient plus.

Une personne raisonnable aurait repoussé le tournage. Cela aurait été la chose à faire, cela aurait été intelligent. Mais à ce moment là, nous n’avions cure de ce qu’il aurait été intelligent de faire : il FALLAIT que nous tournions cette session.

Nous avons donc couru jusqu’au groupe. Le plus vite possible. Ils logeaient dans une baraque hippie à l’extérieur d’Austin, pleine de trésors cachés. Avec, surtout, un arbre gigantesque dans la cour arrière.

Nous avons organisé l’armée Typhoon. Les dix soldats, éparpillés autour, et dans cette arbre incroyable. Kyle Morton a commencé doucement à chanter. Sa voix a orchestré la suite, chacun de nos mouvements.