La Blogothèque
Concerts à emporter

Josh T. Pearson

Il avait une barbe gigantesque, les airs d’un vieux sage. Quand il chantait, il bougeait à peine, les lèvres, les doigts. Sa tristesse était infinie, sa musique belle à pleurer, elle ne s’est jamais arrêtée. Suivez les complaintes sans fin de Josh T. Pearson, dans les rues d’un Belleville en mouvement.

1. Les yeux / La barbe

Josh a la barbe d’un homme qui aurait eu le temps de tout vivre, de le vivre plusieurs fois. Elle est longue, elle est dense, elle déborde largement sur les joues, elle lui bouffe le visage à tel point qu’elle devient ce visage, son identité, c’est elle qui lui donne son âge, sa sévérité. Puis vous vous approchez de Josh, et vous voyez ses yeux, ils sont jeunes, bleus, ils sont d’une intensité pétrifiante. Repensez à la moustache et aux yeux de Daniel Day Lewis dans There Will Be Blood. C’est aussi intense.

2. La chanson sans fin

On le sentait déjà à l’époque de Lift to Experience, on en avait confirmation en écoutant l’album : chacune des chansons de Josh T. Pearson est une complainte, un mantra qu’il pourrait décliner des heures durant. C’est ce qu’il fit cet après-midi là. Dans une rue calme, un hall vide, le tumulte du boulevard de Belleville, sans personne autour, bousculé, il aura joué encore et toujours la même chanson. Nous suivions souvent, nous essayions de le guider parfois. Dans une rue en pente, il s’amusa à affronter chaque voiture qui descendait, en continuant à jouer, encore, encore…

3. Les Chinois

Nous avions choisi Belleville. Sans vraiment savoir pourquoi, tout juste attirés par la rue Denoyez, ses murs couverts de graffitis, sans cesse redécorée. Ce que nous n’avions pas prévu, c’était le nouvel an chinois : les dragons, les tambours, les ribambelles de pétards. Ce fut d’abord un jeu du chat et de la souris, à essayer de boucler une chanson avant qu’un nouveau déchaînement pétaradant de joie ne vienne couvrir la voix de Josh. Puis, ce fut simplement l’inclusion d’un lent mouvement dans un autre plus chargé, plus rapide, l’errance du musicien, seul, errant, inaudible au milieu de la bruyante et joyeuse foule qui ne le voyait pas. Le soleil se couchait, cela faisait deux heures que nous étions là, Josh n’avait pas fini sa chanson.

4. Christique

Il fallu donc redoubler d’efforts pour aller ailleurs, chanter une autre chanson. Il y avait ce passage un peu plus au sud, personne dedans, un vitrail, de la réverb. Il était là, il était tout.