La Blogothèque
Concerts à emporter

Valleys

Montréal est la ville de l’authentique…ses bagels, sa viande fumée, sa musique, et ses tempêtes de neige. A peine se met-il à neiger que vous êtes immédiatement convaincu de la majesté et de la beauté stupéfiante de la ville. Mais la neige n’est pas chose rare en hiver, et son accumulation ne détourne pas les habitants de leurs occupations. Lors d’une tempête particulièrement remarquable en décembre dernier, Tillie, Marc et Pascal ont parcourus les rues de Montréal, bravant les éléments avec leur musique.

Nous avons commencé par le réservoir Mc Tavish de l’université de Mc Gill. Avec comme toile de fond une gigantesque station de pompage et les éclairages d’un stade au loin, Valleys a entamé une version acoustique de 10 000 hours, que nous avons savouré dans la nuit alors que nos doigts s’atrophiaient dans le froid glacial.

Les mains gelées par le froid, nous sommes repartis vers la station de métro de Tillie, à la recherche des climats plus cléments de Mile End. On a fini rassemblé, comme souvent, dans la cave de James Irwin, où son piano atonal et ses lampes vacillantes étaient prêtes à accompagner le groupe dans une interprétation impromptue de Tan Lines.

Une fois le devoir artistique accompli, nous avons pris prétexte du climat peu clément pour boire jusque tard dans la nuit, devisant sur les vertus des herbes chamaniques, de la face cachée des sex clubs de Montréal et de ce qu’il en est de grandir dans le confort d’un monastère bouddhiste. Notre aventure fut balayée dans la nuit, toutes traces effacées, lors même qu’il tomba plus d’un mètre de neige dans la soirée.