La Blogothèque
Mercredix

Loner électrique

Si Le Noise , son ombrageux récent album, a été salué comme il se doit, il a été aussi l’occasion de se rappeler qu’à côté du Neil Young folk, le Loner électrique est toujours vivant. Dix titres pour (re)découvrir le plus grand guitar anti-hero de tous les temps.

Disponible sur Spotify

1 – “My Back Pages”

Pour montrer la particularité du style d’un guitariste, on peut, par exemple, le comparer à Dieu lui-même (on ne rit pas). Dans cette version amidonnée livrée lors d’un concert célébrant les 30 ans de carrière de Bob Dylan, le premier solo est de Clapton, le second (ainsi que les étincelles soniques balancées tout au long du morceau), de Neil Young. No fucking comment.

2 – “Words (Between The Lines of Age)”

Valse émouvante tirée de Harvest où notre anti-héros commence à expérimenter avec sa Gretsch White Falcon d’alors : le son part sur deux amplis réglés différemment (l’un gonfle les cordes “basses”, l’autre pour restituer celles de Sol, Si et Mi). Le genre de parti-pris qui se retrouve aujourd’hui sur Le Noise .

3 – “Southern Man” / 4 – “Cinnamon Girl” / 5 – “Like A Hurricane”

On retrouve Gretsch et Les Paul, ici et là, dans des soli épileptiques qui range son interprète définitivement sur le côté, dans la marge. Si John Coltrane avait momentanément influencé le folk-rock des Byrds (“Eight Miles High”), il trouve ici un disciple bien plus entier, dans cette manière de poursuivre la mélodie, d’en faire le tour par tous les côtés, sans jamais la lâcher.

6 – “Hey Hey, My My – Into The Black”

En 79, Neil Young enterre Presley, cite Johnny Rotten, invente le grunge et son épitaphe à coups de vibrato Bigsby avec 20 ans d’avance…

7 – “Shots”

Tiré du mal-aimé et bien-nommé Re-ac-tor . Mélange pourtant à merveille sons électroniques façon Devo et six cordes martyrisée.

8 – “F!#in Up”

Pas facile de sélectionner un titre représentant la hargne de notre homme au début des 90′s. Extrait de l’éprouvant Weld , sorti à l’origine en triple CD avec son jumeau très Sunn O))) avant la lettre, Arc (disponible sur Spotify ici), et dont la publication avait été encouragée par Thurston Moore.

9 – “Change Your Mind”

Comme pour boucler la boucle de “Hey, Hey, My My”, Sleep With Angels est le crépuscule électrique de celui qui ne veut pas renoncer, le dernier des Incas.

10 – “Guitar Solo N°.5″

Avec le susmentionné Arc , cet enregistrement tout en improvisation sur le Dead Man de Jim Jarmusch est sans doute la plus belle façon d’écouter le Loner, électrique.