La Blogothèque

Cash Rules Everything Around Me

Trésors des uns, putes des autres, nerf de la guerre ou racine de nos péchés, l’argent n’a cessé d’être adoré, pleuré, regretté, imploré, moqué et surtout chanté. petit inventaire et rapide passage en revue subjectif de notre portefeuille de chansons à thème.

(ACTION FLASH PROMO : 20% de morceaux supplémentaires gratuits à l’achat de ce Mercredix !)

Pour écouter cette playlist, cliquez sur Spoti… Ah non, c’est là :

1 – Alice Moore – “Money tree man”

Alice Moore, ou le blues qui pue la déprime, l’abandon, la fin des combats, la corde au cou et le petit coup de pied sur le tabouret pour en finir avec cette vie désargentée.

2 – Elvis Presley – “Money Honey”

“Well, I’ve learned my lesson and now I know. The sun may shine and the winds may blow. The women may come and the women may go. But before I say I love you so, I want… Money, honey”. Il a eu le money, ça c’est sûr, mais a-t-il pour autant eu le honey ?

3 – Jerry Lee Lewis – “Money”

Si l’argent est le nerf de la guerre, “Money” fut certainement l’un des hauts faits de l’invasion rock n’ roll et l’on ne compte plus les versions (plus ou moins réussies) de ce titre. Jerry Lee Lewis, qui en enregistra lui-même plusieurs, en livre ici une des interprétations les plus fascinantes : écoutez les choeurs, qui se lovent dans les cuivres au point de sembler les incarner totalement.

4 – Titus Turner – “People Sure Act Funny (When They Get a Little Money)”

Un seul album, quelques volées de singles, des hypothétiques royalties mais sûrement pas des masses de thunes pour Titus Turner, chanteur R&B de la cote est et pourtant auteur de l’énorme “Sticks and Stones” popularisé par Ray Charles.

5 – Aretha Franklin – “Money Won´t Change You”

En 66, James Brown sort “It’s a man’s man’s world” et “Money Won’t Change You”. Deux ans plus tard, Aretha répondra à la première en reprenant la seconde : ce monde n’est ni celui des hommes, ni celui des femmes, c’est celui d’Aretha and money won’t change that !

6 – The Meters – “Little Old Money Maker”

Zigaboo Modeliste, batteur des The Meters, doit se mordre les baguettes à chaque fois qu’il écoute ce titre. Lui qui continue de poursuivre Allen Toussaint en justice et qui déclara un jour “When I found out how we was pillaged, how we was misused and abused, I couldn’t get over it. I just completely put the drums in the closet”.

7 – 3rd Generation Band – “Because Of Money”

Fabuleux titre mis en lumière par l’incontournable Soundway sur le non moins excellent Ghana Soundz . “Because of money, I’m shouting, shouting, shouting.”

8 – Boscoe – “Money Won’t Save You”

Boscoe enregistra un unique album, sorti discrètement en 1973, totalement oublié, puis recherché et finalement récemment réédité sur le prestigieux label Numero. Originaire de Chicago, le groupe n’a jamais su s’imposer sur une scène en ébullition mais déjà fort chargée (Sun Ra, Phil Cochran, etc.) et n’a donc pu capitaliser le respect pourtant durement gagné sur scène. A défaut de courir le monde et d’empocher les biftons, leur disque est donc devenu rare. Et culte.

9 – Sharon Jones and the Dap kings – “Money”

“Banks folding, President scratching his head, The economy is bad”. La soul des Dap Kings accouche d’une chanson-témoin comme on ne les croyait plus possibles : une voix qui hurle l’impatience d’une époque, des cuivres qui souffle la colère, une basse qui piétine sur place, une batterie qui rythme la marche et des choeurs qui questionne avec insistance : “Everybody needs money, what you gonna do? Without that money never gonna get through”.

10 – 50 Cents – “I Get Money (I Dap Money Remix)”

Je crois que c’est là l’unique morceau de 50 cents qui a jamais survécu plus de deux jours sur mon disque dur. Une performance due à la présence curieuse des Dap Kings, au remix. Une présence qui confine presque au mash-up, tant elle semble de prime abord non-naturelle, forcée. Un mauvais remix en quelque sorte ? Oui, mais un beat qui vaut de l’or.

BONUS TRACKS

11 – Wu Tang Clan – “C.R.E.A.M. (Radio Edit)”

Les disques de Wu Tang auront mis du temps à traverser l’océan. Yo MTV Rap en avait déjà fait les sombres sauveurs du rap US et je me passais en boucle les clips enregistrés sur K7 vidéo au milieu de la nuit quand un ami me ramena ENFIN, des States et en avant-première, leur précieuse plaque. Je n’ai que peu de souvenirs des 6 mois qui suivirent ; le vague sentiment d’avoir vécu alors un casque en permanence vissé sur les oreilles et la main sur le portefeuille. Cash Rules Everyhing Around Me, C.R.E.A.M.!

12 – NAS – “Money Is My Bitch”

Nas a, un temps, lui aussi régné sur mon walkman. Mais c’était avant, avant les caricatures, les excès, les promesses non tenues, les singles et le fric facile. Reste heureusement un flow puissant et quelques éclairs de génie qui, de temps en temps, parviennent encore à tracer leur route jusqu’à ma stéréo. Le poids du flow (mouais…) et le choc du sample, sans doute.


– Photo courtesy of Photos8

– – Tous les Mercredix sur La Blogothèque