La Blogothèque
Concerts à emporter
#110

Wildbirds and Peacedrums

Il faisait sombre et la nuit était déjà fort avancée lorsque, faisant la queue pour rentrer dans un bar clandestin de l’East Village qui se trouvait être à l’arrière d’une pizzeria, j’ai vu sur une vieille TV le match de boxe le plus étrange qu’il m’ait été donné de voir. C’était une sorte de remix de kung-fu, de boxe et de box thaï (?), un vrai mash-up meurtrier et je me suis dit “Ce serait pas mal de voir cette démonstration de masculinité live ?” Juste pour l’intérêt anthropologique…

J’ai toujours été un peu fascinée par la fascination des hommes à vouloir être au centre du ring et je me suis dit que ça pourrait être vraiment cool d’avoir un jour un concert très brut et passionné sur un ring, de préférence un duo… Les jours passèrent, et quand Vincent Moon fut à la recherche d’un endroit pour filmer Wildbirds & Peacedrums, ma réponse fut immédiate : sur un ring ! De bien des manières, WD&PD n’ont rien à voir avec la masculinité, mais il y a cette vieille énergie brute dans leur son qui réveille notre instinct ROCK !

Une année s’est écoulée depuis que nous les avons filmés en septembre dernier, un vendredi, ou alors était-ce un dimanche ? Je les ai récemment revus pour boire un verre à Stockholm et ils m’ont parlé de leur nouvel album avec les chœurs de la Schola Cantorum Reykjavík. Et cela m’a semblé tout à coup faire sens, comme une évolution logique. La voix d’oiseau sauvage de Mariam avait rejoint un vol d’oiseaux volcaniques islandais et Andreas pavait la trajectoire de sa batterie apaisante. Mais bien avant cela, il y eut cette magnifique prestation sur le ring de boxe. Et parfois, il vaut mieux ne pas trop essayer d’expliquer, ne pas trop en dire. A vous donc de contempler la métamorphose de WB&PD, passant du duo (dans cette vidéo) aux chœurs dans leur nouvel album, Retina .

Margarita Jimeno

Traduit par aKa

wildbirdsandpeacedrums.com