La Blogothèque
Concerts à emporter

Edward Sharpe and the Magnetic Zeros

Edward Sharpe and the Magnetic Zero’s. On avait été en contact pendant des mois. On devait les filmer à Coachelle. Bryan, le manager, m’avait envoyé un texto me demandant si je voulais les filmer juste avant qu’ils ne montent sur scène, sans quoi il me faudrait attendre leur passage par San Francisco.

Je savais qu’il serait impossible de les atteindre. Trop fou, trop chaud, trop de types avec leurs badges de sécurité m’expliquant que nous ne pourrions pas le faire. J’étais au fond du trou. Je les ai regardés ensorceler 50,000 personnes ce jour là, et tout ce que je pouvais faire, c’est rester planté là et imaginer ce que cela aurait pu être.

Deux mois plus tard. Le concert au Fillmore, la Chapelle Sixtine des salles de San Francisco, affichait complet. Le show avait été magique, le groupe était épuisé. Nous nous étions mis d’accord : après le concert, ils me rejoindraient dans la rue, et joueraient quelques chansons pour leurs fans. Mais n’étaient-ils pas trop fatigués pour le faire maintenant ?

Je savais qu’on allait être tendus niveau sécurité, et je n’avais aucune idée de ce qu’allaient faire les fans. Les minutes passèrent. Rien. Une heure, toujours rien. Le fond du trou m’appelait de nouveau. Encore une opportunité de raté…

Mais du coin de l’oeil je finis par voir Alex Ebert, le ‘front man’ se glisser hors de la salle. Il poussait un piano dans la rue. Mon coeur se mit à bondir. Ça y’était. Enfin. C’était le moment que nous voulions créer depuis des mois. J’appuyai sur ‘REC’, puis j’ai laissé l’énergie prendre le contrôle. Ce qui s’est passé ensuite, je n’aurais pu l’imaginer.