La Blogothèque
Concerts à emporter
#103

Fernando Milagros

D’abord, je ne savais rien de Valparaiso. Puis on me l’a présentée avec des histoires. Puis j’ai entendu la musique de Fernando. Puis je suis tombé amoureux de cette musique. Alors qu’aujourd’hui, il est si commun d’être déconnecté de la musique que l’on écoute (qui ne dit rien de nous, à qui nous n’avons rien à dire), il fut incroyable de découvrir du même coup cette ville et ces chansons.

C’est ce que l’on voit dans ces images, c’est le son d’une communauté – une communauté faite de musiciens, certes, mais qui semble s’étendre à la ville elle-même, comme si elle était elle-même heureuse de se partager à travers ces chansons, comme si Valparaiso, le groupe, les morceaux étaient de bons amis, qu’ils passaient une journée une ensemble. Personne ne sera surpris que ces performances se soient construites autour d’un périple. Et même si cela fait cliché, la musique nous invite à monter avec eux.

J’essayais de trouver en quoi les chansons de Fernando sonnaient si fraîches. Encore une fois, le numérique nous rend blasé, tant de choses nous viennent (et je ne raille pas les nouvelles technologies, ce sont elles qui ont permis à ce projet d’exister). Mais ici, non : cela semblait frais, nouveau. Cela doit être du à l’insouciant romantisme de ces chansons, une abondance naturelle, aisée, que tant de groupes essayent si laborieusement d’obtenir. Même après avoir monté ces morceaux, après les avoir entendus mille fois, j’ai encore envie de les écouter. Et de rêver d’une ville près de la mer.

Texte de Gates Bradley

Fernando nous a gentillement demandé de mettre un lien vers son site, et vers son mail, pour que les gens puissent lui écrire. Voilà donc : fernando.briones@gmail.com