La Blogothèque
Cadavre Exquis

Stories From The Cities

Les Cadavres Exquis, ce sont des compilations, réalisées en ping-pong à 2, 5 ou 12, à l’aveugle ou pas, avec des contraintes ou pas. Contrainte soigneusement choisie et scrupuleusement respectée comme dans ce nouveau numéro qui célèbre l’espace urbain (and far beyond).

Nouveau Cadavre Exquis réalisé il y a déjà bien longtemps (2008) du temps où la nécrologie n’était pas encore une discipline olympique, du temps ou les cadavres étaient encore ce projet qu’on choyait secrètement et tentaient de développer peu à peu, à force d’essais-erreurs non publiés. Un cadavre exquis à double détente puisque l’on s’est envoyé les morceaux par paquet de deux, facilitant l’induction d’un thème. C’est à Garrincha que l’on doit donc l’orientation de cet opus, autour des noms de villes. Un cadavre exquis urbain, béton, macadam. Mais aussi un cadavre exquis ambigu, oscillant entre déclarations d’amour et de haine, entre désespoir et profession de foi, entre mélancolie et promesses.

Pour le mixer, j’ai demandé à plusieurs collègues, amis et anonymes de me parler de leur ville préférée, dans leur langue maternelle et dans notre langue commune. En résulte un mélange de sonorités, d’accents, de saveurs, une sorte de cosmopolitisme un brin surfait, à la fois forcé et fluide, digne des temples urbains que sont New York, Paris, Londres… le tout sur fond de troquet bruxellois. Pour y insuffler une note d’humanité et un peu de n’importe quoi. Un cadavre exquis où l’on entend Carlos Gardel et LCD Soundsystem, des amis et des étrangers, des boules de flipper et des bulles de bière, des coups de haine et des coups de cœur, un tel cadavre ne peut être qu’un cadavre réussi. Non ?

(Merci à Le Pédiluve pour leurs très belles illustrations).

Téléchargez le Cadavre Exquis 05

- en m4a – podcast illustré (FaceA+B+CoverPDF)
- en mp3 (FaceA+B+CoverPDF)


#05 – Stories From The Cities – Face A

Téléchargez Face A : mp3 / m4a / PDF


01. Carlos Gardel – Mi Buenos Aires Querido

Envie de partir hors des sentiers battus. Envie de partir de loin, même si c’est pour mieux revenir. Alors autant partir de cette ville fantasm(é)e, de ces rêves d’un bitume différent que deux ans plus tard je n’ai toujours pas vu, ou alors seulement par les yeux d’un Coppola. Autant partir de cette voix hors d’âge, venue d’un siècle qui semble s’être achevé il y a bien longtemps. Je ne connais pas de meilleure invitation au voyage. -Garrincha

> Achetez Carlos Gardel, King Of Tango

02. John Cale – Paris 1919

Repasser directement par chez soi, revenir en terrain familier, essayer de débusquer du neuf dans un décor déjà trop vu ? Pourquoi pas, mais dans ce cas, regardons Paris par les yeux d’un Gallois, New-Yorkais d’adoption. Loin d’une miniature impressioniste, les violons qui s’envolent et cette mélodie sublime sur lit de contrebasses féroces dessinent une symphonie vertigineuse. -Garrincha

> Achetez Paris 1919

03. Beirut – Nantes

Après avoir très durablement marqué les esprits, Beirut revient alors avec un second album. Forcément le soufflé tombe un petit peu. Mais forcément aussi, on trouve ici quelques perles. Occasion rêvée de balader ce Cadavre Exquis sur les côtes bretonnes et de le parer d’un morceau qui nous aura lui aussi durablement marqué. -aKa

> Achetez The Flying Club Cup

04. LCD Soundsystem – New York I love You

D’un continent à l’autre, on enjambe l’Atlantique et rejoignons la grosse pomme. D’un songwriter à l’autre, et un gros coup de cœur pour ce morceau de LCD Soundsystem qui irradie leur second album d’un éclair de génie, ouvrant des perspectives inédites et ô combien réjouissantes. -aKa

> Achetez Sound Of Silver

05. Sam Prekop – Chicago People

On ne parle pas assez de Sam Prekop, mais c’est sans doute une chance. Sa musique porte dans ses gènes une discrétion et une délicatesse qui s’accommoderait sans doute mal d’une lumière trop crue. Il faut savoir jouir de ces chansons subreptices et de ce qu’elles disent confusément de ces gens d’ailleurs qui nous ressemblent sans doute un peu. -Garrincha

> Achetez Who’s Your New Professor

06. Hauschka – Chicago Morning

Double peine, double halte, double ration : restons encore un peu à Chicago, cette ville qui doit être douce si l’on en croit, après Prekop, les variations au piano du docteur Hauschka. Dans cette veine qui mélange compositions classiques minimales et bruissements électros qu’on imagine cousus main, on croyait avoir tout vu, tout entendu. Et puis vint ce disque d’Hauschka. -Garrincha

> Achetez Room To Expand

07. Sufjan Stevens – Chicago

J’ai bien essayé de résister à la tentation, à la facilité. Mais l’enchaînement fonctionnait et stagner un peu a Chicago m’amusait, a vrai dire. Première ville de ce Cadavre dont je n’avais pas foulé le pavé et qui pourtant m’atttire intensément depuis que j’en ai lu les descriptions les plus folles dans un article (mais lequel ; ca date!) qui passait a la loupe la vivacité de ses differentes scènes. L’appel de Chicago était trop fort. “All things go, all things go / Drove to Chicago” -aKa

> Achetez Illinoise


-

#05 – Stories From The Cities – Face B

Téléchargez Face B : mp3 / m4a / PDF


-

08. Patrick Wolf – London

Je garde un souvenir vivace de ma rencontre avec Patrick Wolf. Son arrivée sur scène, sa taille, son apparence, son attitude, son regard, son jeu. Tout était ambigu. Entre majeur dressé au public et grand cri d’amour. Un peu à l’image de cette chanson d’adieu adressée à la capitale anglaise. -aKa

> Achetez Lycanthropy

09. Loudon Wainwright III – Grey In LA

Bien loin des poses de son illustre rejeton, le paternal Wainwright est un trublion qui cultive l’ironie (du sort), les double sens (giratoires) et les friandises amères. Et puis surtout, il y a cette écriture d’une fluidité merveilleuse, qui vous fait croire que tout coule de source. -Garrincha

> Achetez Strange Weirdos OST

10. Timothy Dick – Florence

En contraste total avec la chanson précédente, Timothy Dick semble prier plus qu’il ne chante. Prier quoi, on ne sait pas trop, c’est cryptique, mais sur un mode liturgique, une longue litanie qui s’envole à son rythme. Lentement, très très lentement parce qu’il est des voyages qu’on n’entreprend que péniblement. -Garrincha

> Achetez On a Grassblade

11. Vic Chesnutt – West Of Rome

Doit-on vraiment dire que Vic Chesnutt est un Dieu ? Que sa musique nous remue les tripes upside down, que sa voix nous épile le corps a chaque envolée, que les cordes de sa guitare nous flagellent et que, dieu, qu’on aime cela ? “Yes he’s a glad boy to have such a void”. -aKa

> Achetez West Of Rome

12. Magnolia Electric Co. – Nashville Moon

De l’évocation de Rome à la poursuite du spectre de “Nashville Moon”. Ville symbolique, destination impossible et vaine. “How far away is that Nashville moon / That depends / Where did she leave you / And how many miles til my mistakes catch up /That depends /Which ones you’re counting / And that depends / What you’re forgetting again”. -aKa

> Achetez Sojourner

13. Thomas Dybdahl – One Day You’ll Dance For Me, New York City

Une chanson de mégalomane triste, d’ambitieux lunaire, de dandy larmoyant, qui tient des propos démesurés d’une voix subtile, une voix d’or toute en nuances et en variations. Il est dommage que depuis l’élégant Dybdhal n’ait fait que se répéter. -Garrincha

> Achetez One Day You’ll Dance for Me, New York City

14. Les Baxter – Oasis Of Dakhla

De la même manière que sur la ligne de départ j’avais voulu sortir du cadre, ne terminons pas par une évidence et donnons un bon coup de barre. On ira donc se finir en plein territoire Exotica , une sorte d’ancêtre fréquentable du easy listening, avec l’un de ses pionniers égarés dans le grand sud marocain. -Garrincha

> Achetez The Exotic Moods of Les Baxter


Téléchargez le Cadavre Exquis 05

- en m4a – podcast illustré (FaceA+B+CoverPDF)
- en mp3 (FaceA+B+CoverPDF)