La Blogothèque
Concerts à emporter

Wilco

Parfois on se dit que non, c’est un groupe trop important, que jamais leur label ne les laissera faire un Concert à emporter. Entre nous, sur la liste, on fantasme ; Radiohead, Tom Waits, Chuck Berry, Cat Power. Wilco. Ils ont annoncé leur concert à l’Olympia de Montréal peu après que j’ai posé mes valises dans la ville. Wilco, le groupe dont les tournées ne s’arrêtaient pas à Paris. J’ai pris mon billet tout de suite et j’ai eu raison, le concert a été sold out en quelques semaines. Et puis j’en ai parlé sur la liste, tiens si on essayait de les filmer ? Réponse unanime et enthousiaste. J’envoie un mail, sans trop y croire. Le lendemain matin, leur publiciste m’appelle.

Avec Derrick, on savait qu’on aurait moins d’une heure, mais on ne savait pas si tous les membres du groupe joueraient, on nous avait dit que ça dépendrait de l’endroit où l’on filmerait. Ils n’avaient pas le temps de vadrouiller dans les rues, et de toute façon, il pleuvait ce jour-là. Mais ils avaient pris les devants, installé tous leurs instruments et des amplis au fond de la salle, posé des lampes rouges pour l’ambiance. Et puis surtout, on les avait tous les 6. Je me sens toujours un peu bête dans ces moments-là, le zoom à la main, le sourire jusqu’aux oreilles. Mais je n’y peux rien, quand c’est magique je suis comme une gamine. La voix de Tweedy pas amplifiée, l’attitude de Cline — qui doit être le guitariste le plus classe de la planète –, Kotche, qui visiblement prenait son pied…

C’est décidé, demain j’appelle Thom Yorke — sait-on jamais.