La Blogothèque
Concerts à emporter

The Low Anthem

On avait donné rendez-vous à The Low Anthem dans le hall principal de Grand Central Station. Le groupe avait passé presque toute l’année 2009 sur la route ; leurs cheveux étaient plus longs, leurs yeux un peu gonflés. Mais leurs instruments, la guitare de Ben, l’accordéon de Matt, le shaker de Jocie – des boîtes de gélules maintenues ensemble par des élastiques – ne les quittaient jamais. The Low Anthem s’est chauffé en jouant “Apothecary”, une chanson qui ne figure sur aucun de leurs albums. Et de nos jours, à New York, la sécurité étant ce qu’elle est dans les lieux publics, difficile de ne pas se faire sortir au bout de quelques minutes. Mais peut-être y avait-il quelque chose dans l’air ce jour-là, en tout cas les vigiles ont laissé le groupe jouer, la caméra tourner, et le public s’approcher. Pendant les quelques minutes qui suivirent, nous étions tous liés par la même expérience.

C’était bientôt l’heure de pointe, alors j’ai emmené le groupe au Pier 66 sur la rivière Hudson, là où se trouve un vieux wagon Lackawanna abandonné. Ils avaient ramené d’autres instruments, des clarinettes et des cors, un orgue portatif, un harmonium, et des téléphones portables sur haut-parleur pour enregistrer et jouer des boucles. Là, au moment où j’allumai la lampe à huile, je sentis que les Low Anthem étaient dans leur élément.

Traduit par Nora Bouazzouni