La Blogothèque

Tête de lecture Top 2009

Avant les tops des rédacteurs de la blogo dont la gestation prend comme chaque année un temps infini (c’est à cause des interminables réunions du Comité Central d’Entreprise sur le plan d’intéressement aux résultats – on est dé-bor-dés !), on se penche un coup sur ceux des autres.

Honneur aux forts, comme le chantaient les Frères Jacques : on commence donc avec les 75 chansons de l’année de Said The Gramophone, amoureusement dépiautées et présentées par les toujours très beaux textes de Sean Michaels (teneur en Sharon Van Etten garantie). Ce top, c’est encore Philippe Dumez qui en parle le mieux :

J’ai l’impression d’être passé à côté de tout. Et c’est ce que j’aime en le lisant : savoir que, contrairement aux désolants classements avec lesquels la presse écrite nous rebat les oreilles, les meilleurs disques sortis cette année m’attendent encore. Mais que j’ai encore jusqu’à fin décembre pour me rattraper en écoutant en boucle 75 MP3 triés sur le volet par un Canadien fan de Shakira et Julie Doiron. Tous les ans, Sean Michaels me botte le cul. Vas-y Sean, tape là où ça fait mal. Moi, je n’attends que ça.

Le top des blogueurs, c’est l’exacte opposée de la démarche blogo qui ne propose que des tops individuels de ses rédacteurs et pas de résultats agrégés qui viendraient lisser la subjectivité de chacun. 37 votants, ça lisse énormément : au final, y’a Fever Ray et Marie Flore, Vic Chesnutt et Biolay. Et un gagnant surprenant. Du contraste, en somme.

De l’autre côté de l’Atlantique, Pitchfork a naturellement publié le sien, assez attendu et sans grandes surprises (pour faire plus chic et branché, vous pouvez pousser la porte du Bygone Bureau). Ce qui est assez intéressant, c’est de le comparer aux ventes réelles. On a souvent glosé sur la prétendue énorme influence du géant américain sur le monde indie (on se souvient notamment de Bon Iver qui racontait que la chronique de For Emma, Forever Ago avait changé le cours de sa carrière). Les surprises sont plus ou moins grosses : Phoenix vend beaucoup, [Wilco, qui n'est pas dans le top, vend toujours plus qu'Animal Collective->Combien ont vendu ? http://perpetua.tumblr.com/post/293484776/pitchfork-top-10-albums-in-us-sales]. On apprend aussi en commentaires un fait assez marquant : depuis sa sortie, le dit For Emma, Forever Ago a vendu 230 000 exemplaires aux Etats Unis dont … 53% de vente digitale et seulement 40% de CD.

Envie de découvrir des choses différentes ? On pourra commencer du côté de Tiny Mixtapes. On connait d’emblée suffisament d’artistes pour ne pas se sentir perdu : Antony est 50ème, The XX 48ème, St Vincent est là aussi, de même que les réjouissants Real Estate. Mais on peut aussi choisir de découvrir Gesellschaft Zur Emanzipation Des Samples ou L’Autopsie Phénoménale De Dieu . Les 10 premiers sont moins surprenants, mais Sunn O))) est sur le podium ! Et de toutes façons, quiconque met en avant le grand MF Doom a le droit à mon respect éternel.

Envie d’autres tops pointus ? Allez donc voir dans des registres différents The Milk Factory, Textura (Balmorhea inside !) ou Thanu. Un Thanu qui a d’ailleurs participé à un top commun de blogueurs spécialisés en americana : The Bird List.

Côté petits rigolos, Esquire nous place U2 dans un top 10 des chansons que vous n’avez probablement pas entendu… mais ce n’est peut-être pas si aberrant que ça. Les caustiques de Vice ont publié quasiment le même texte que l’an dernier. Les Dirty Projectors y ont remplacé Elbow, mais l’ex de Joanna Newsom est toujours #30, les British Sea Power toujours #21 et en première position c’est encore :

Number 1: Coldplay (Q), Arctic Monkeys (NME), Sven Vath (Mixmag), Neil Young (Uncut), Neil Young (Mojo), Neil Young (Classic Rock), Neil Young (Home & Garden), people humming transcendentally over distorted tape loops of concrete being laid (Wire).

Paste Magazine de son côté s’est fendu d’une liste des [
8 albums les plus sous estimés de 2009->http://www.pastemagazine.com/blogs/lists/2009/12/eight-criminally-underrated-albums-from-2009.html]. Flavorwire fait la même chose et nous cause pour l’occasion de Marissa Nadler, Julie Doiron, Califone et d’un groupe qui s’appelle Eat Skull. Pendant ce temps, Drowned In Sound, avant de publier son top de fin d’année, avait consacré une série intitulée “The Lost 9 of ’09″, soit 9 disques que la rédaction a aimé mais pas chroniqué, avec entre autres Tartufi Jeffrey Lewis et The Antlers.

La fin de l’année 2009, c’est aussi l’occasion de se lancer dans une rétrospective plus large sur la décennie qui s’achève. Il y a bien entendu ceux qui ergotent et voient plutôt la fin de la décennie dans un an. Et il y a les autres, qui font des choses intéressantes :

Deux anciens blogueurs, qui écrivaient autrefois sur Interprétations Diverses, tiennent désormais le blog musique de Slate. Leur classement est par là et commence par un grand oublié de la décennie qui a fait pourtant de bien belles choses avant de se perdre en route : Ryan Adams. En cours de route, vous croiserez un disque qui sortira en 2010. Le Top 10 – 4 vient de paraître. Rendez-vous le 30 décembre pour le trio de tête.

Au Village Voice, on n’est que fiel, rancœur et méchancetémasochisme, alors on fait le top des pires chansons des années 2000. A la fin, ce sont les Counting Crows qui gagnent.

Au rayon blogueurs, deux garçons se sont lancés, à rebours du format top (qui implique un classement), dans l’exercice plus subtil de la rétrospective : l’un le fait année par année ; l’autre disque par disque. Honneur à un ancien de la maison, Kill Me Sarah ressort ses David Sylvian, Elliot Smith, son Low fétiche et son Sunn o))). Chez l’Individu Incertain, ce sera Young Gods, Built To Spill, Fugazi, Albert Ayler et encore bien d’autres. C’est du très subjectif encore, mais c’est ça ce que j’aime chez eux. Ça et la qualité de leurs plumes.

Toujours dans la catégorie top décennal, on ne pourra pas accuser Rawkblog de faire dans l’attendu. Leur #1 de la décennie est à chercher du côté des favoris de la Blogo mais pas forcément ceux auxquels vous penseriez en premier. Ni Radiohead, ni Sufjan Stevens ni même … hum … Julian Casablancas. Nope, c’est d’Alligator , le somptueux troisième album de The National qu’il s’agit, un disque sorti à l’époque où le groupe jouait à la Guinguette Pirate plutôt qu’à l’Elysée Montmartre.

There are dozens of these, these lines that shudder with imagistic magic, windows into a darkened noir fantasy. Berninger’s protagonists are sarcastic, self-involved, depressive, hubristic, would-be Bonnies and Clydes — it’s an album about towering over the staid limits of modern life from the safety of one’s cubicle. An album about the mysterious, heroic selves we can’t be.

Le successeur de Boxer est annoncé pour le mois de mai. Pour patienter, la piste du disque se remonte ici et (fin de la digression). Plus largement, chez Rawkblog, vous trouverez Sigur Ros, les Weakerthans, Jim O’Rourke et Hayden, tous dans le peloton de tête. Puis Spoon et Jens Lekman, à peine décroché. Un top qui prend parti et qui le fait bien !

Puisqu’on est sur les décennies qui s’achèvent, terminons avec une information qui n’a rien (ou tout) à voir : ATP a eu 10 ans. Longue vie à eux !

En 2010, il parait que Baxter Dury sera sous les feux de la rampe. En tout cas, c’est ce qui se dit ici.