La Blogothèque
Cadavre Exquis

Ghosts.In.The.Wire.

Les Cadavres Exquis, ce sont des compilations, réalisées en ping-pong à 2, 5 ou 12, à l’aveugle ou pas, avec des contraintes ou pas. Après les voyages terrestres, nocturnes, et historiques c’est un passage vers la damnation en kilo-octets que ce quatrième Cadavre Exquis vous invite à franchir.

Fin juillet 2009 (oui, oui, 2009), lorsque je propose à godspeed d’entamer un Cadavre Exquis, je sais que je m’engage dans une aventure jouissive, qui risque bien de débiter du petit bois. Je ne me doutais cependant pas à quel point cette aventure serait à la fois libératrice, riche et sérieuse. Il ne fallut pas plus d’un mois pour finaliser un tracklisting qu’on ne pourra pas cette fois taxer de complaisance bobopopfolk. Ici, on déroule les guitares à coup de bambous et on dégrafe les soutifs à grand renfort de décibels. Mais bien plus que son intensité, c’est la cohérence de son tracklisting qui me fait aimer ce cadavre d’amour et de saké. Les Cadavres Exquis ont vocation à faire dialoguer leurs auteurs mais aussi les titres qui les composent. Et ici, les morceaux se confient leur maux et se susurrent (ou se hurlent) des mots chauds à longueurs de cadavre, formant un ensemble nuancé et pourtant fortement homogène, cohérent.

Mais les cadavres se veulent un peu plus qu’un tracklisting. Et au moment de choisir ce qui en ferait son liant (les interludes), et finirait ainsi d’en circonscrire l’identité, les discussions se sont vites arrêtées sur la possibilité de mêler images et musiques en choisissant des extraits de films. Comme beaucoup, je connais de longue date la passion que godspeed voue au cinéma asiatique (et particulièrement au cinéma japonais), combien celle-ci est cérébrale autant que passionnelle et lorsqu’il me parla de Kaïro , en les termes suivants, je sus très vite que nous étions devant une évidence : “J’ai cherché prioritairement des films dont le sujet (ou une partie ou une idée) peut se rapprocher du principe des Cadavres Exquis et des ses interludes, d’une façon ou d’une autre. Je te propose Kaïro , de Kiyoshi Kurosawa. C’est un film d’horreur, plutôt auteriste et moderne. Imagine Ring fait par Michelangelo Antonioni. Au Japon. Ça parle d’Internet, d’incommunicabilité, de solitude. C’est compliqué à résumer (…) mais disons que les protagonistes sont confrontés à des fantômes qui se propagent par Internet. Chaque rencontre avec un fantôme fait prendre conscience à la personne de sa solitude existentielle et entraîne ainsi son suicide. Il y a des lors de plus en plus de morts, et donc de fantômes, etc… ” Morts, Internet, solitude et dialogues, cadavres, fantômes,… ; il n’en fallait pas plus pour exciter ma curiosité. Mais godspeed allait plus loin, et pointait déjà, dans ce premier mail, des dialogues précis à utiliser, des scènes dont le sens s’appliquaient particulièrement, des sons qui suggéraient des ambiances faisant écho à l’exercice même du Cadavre Exquis. Extase.

Kaïro est un film puissant, nuancé, électrique, effrayant et pourtant doux, dont la trame offre plusieurs fils à suivre, lesquels se superposent, se complètent et finissent par former un tout, certes complexe, mais incroyablement cohérent. Si nul film n’aurait pu mieux compléter ce Cadavre Exquis, espérons qu’en retour ce Cadavre Exquis lui rende aussi un hommage ardent.

(Merci à Olivier pour la cover).

Téléchargez le Cadavre Exquis 04

- en mp3 : Face A, Face B ou le Zip complet (FaceA+B+Cover)
- en m4a – podcast illustré : Face A, Face B ou le Zip complet (FaceA+B+Cover)


#04 – Ghosts.In.The.Wire. – Face A


Cadavre Exquis vol 04, Ghosts In The Wire (Face A) – La Blogotheque by La Blogotheque

Téléchargez la Face A (mp3 / m4a)

01. dip – Nowhere I’d Like To Be (荒野の果て)

J’ai longtemps cherché le morceau adéquat pour bien démarrer ce Cadavre Exquis, pour lui donner l’impulsion idéale pour la suite. J’en ai passé beaucoup en revue, sans jamais être satisfait, avant de retomber par hasard la BO du film japonais 9 Souls (du surdoué Toshiaki Toyoda), composée par le groupe dip (dont je ne sais pas grand-chose si ce n’est qu’il semble aussi prolifique que confidentiel)(et inégal aussi). J’ai repensé à la belle scène d’ouverture du film, parfaitement immersive, illustrée par un thème à la guitare tout simple mais répétitif, obsessionnel et aussitôt marquant. Ce n’est pas ce morceau que j’ai choisi mais sa reprise, qui intervient plus loin dans le film, plus nerveuse, plus rapide, plus dilatée. En espérant qu’un peu de son pouvoir hypnotique fonctionne encore sans les images. -godspeed

> Achetez 9 Souls OST

02. iLiKETRAiNS – A Rook House for Bobby

Le morceau de dip, avec sa structure progressive et obsédante, son jeu subtil qui se déroule lentement, m’a conduit très naturellement à rechercher un morceau qui tout en proposant des sonorités voisine et une structure quelque peu similaire, me permettrait à la fois 1/ d’exploser, enfin ! 2/ de faire voyager ce cadavre. -aKa

> Achetez Talitres is 5

03. The Twilight Sad – Three Seconds Of Dead Air

J’aime beaucoup la fin de ce morceau d’iLiKETRAiNS, avec ces guitares qui s’envolent… J’apprécie ce morceau bien que je sois toujours un peu indécis avec ce genre de “post-rock chanté”, je me demande souvent si ce n’est pas un peu too much de rajouter ainsi une couche à quelque chose qui est déjà très émotionnel. C’est néanmoins dans cette voie là que je vais aller, dans une veine mélodramatique qui n’en finit pas d’enfler, avec ce morceau tourmenté de The Twilight Sad, qui se trouve sur leur tout premier EP. -godspeed

> Achetez The Twilight Sad EP

04. We Were Promised Jetpacks – This Is My House, This Is My Home

Ok. Twilight Sad. Ok, ce morceau tue. Ok. Mais, j’en veux encore. Je veux courir, hurler, me faire surprendre en pleine de séance d’air guitare, je veux suer, me faire mal et défoncer les murs en sautant. Je veux que ce soit rapide, que ça ait l’air faussement gentil d’abord et qu’ensuite ça déchire l’air en un point d’exclamation qu’on aura forcément du mal à dépasser. Le plan était presque parfait. La suite fut meilleure encore. -aKa

> Achetez These Four Walls

05. Religious Knives – Downstairs

Et dire que j’ai failli choisir un morceau des We Were Promised Jetpacks au tour précédent… Puisqu’ils refusent obstinément de monter au grenier, pas grave, on va descendre à la cave avec les Religious Knives. C’est plus glauque, plus angoissant, légèrement claustrophobique mais au moins comme ça on sera tranquille et personne ne viendra nous emmerder. -godspeed

> Achetez The Door

06. Lights – War Theme

A l’énergie, godspeed su faire succéder l’imagination, libérant ce cadavre des guitares hurlantes et y conviant une rythmique diabolique et inspirante. Je n’ai même pas eu le choix : War Theme s’est imposée de lui-même. La rythmique du morceau des Religious Knives y love l’énergie des titres précédents, confirmant qu’une compilation se doit d’être bien plus qu’une addition de morceaux. -aKa

> Achetez Rites

07. White Hills – Radiate

Ce morceau de Lights est tellement foisonnant que j’hésite entre une demi-douzaine de pistes totalement différentes pour enchaîner. Je vais rebondir sur ces petits délires de guitare fuzzy : bizarrement ça m’évoque un peu les 70’s et le space-rock psychédélique à la Hawkwind, ce qui m’amène à White Hills, qui sont parmi leurs héritiers contemporains les plus tonitruants. -godspeed

> Achetez Heads on Fire


-

#04 – Ghosts.In.The.Wire. – Face B


-

Cadavre Exquis vol 04, Ghosts In The Wire (Face B) – La Blogotheque by La Blogotheque

Téléchargez la Face B (mp3 / m4a)

08. Part Chimp – New Cross

A chaque fois, je pense m’être débarrassé de mon envie d’explosion. A chaque fois pourtant, j’y reviens, plus déterminé encore à éplucher du bambou avec mes ongles et à y laisser mes tympans s’il le faut. Part Chimp a dormi des années dans mon étagère avant que je ne sache qu’en faire. Je lui ai enfin trouvé son écrin, son tombeau, son mausolée. Part Chimp is dead! Long live Part Chimp! -aKa

> Achetez New Cross

09. Electric Electric – The Left Side

Puisque la cavalcade est lancée, maintenons l’allure. Ne pas ralentir, garder le cap, se caler dans l’aspiration et taper, taper, taper. Un peu plus vite, un peu plus fort, sur un rythme plus verrouillé. Je laisse aux fulgurants Electric Electric le soin de remporter cette épreuve, haut la main. -godspeed

> Achetez Sad Cities Handclappers

10. 12Twelve – Alcatraz

Je rends les armes. Electric Electric débite de la bûche comme seul un robot-artisan venu du futur le ferait : efficacité industrielle et amour du travail bien fait. Aucune surenchère possible, pas une guitare dans mon catalogue qui ne soit à la hauteur. Mais des cuivres… ça oui ! 12Twelve, grosse obsession enivrante, sait y faire en matière d’enculage de tympans et de neurones. Et une nouvelle proposition de synthèse d’un cadavre pour le moins nuancé. -aKa

> Achetez Speritismo

11. Psychic Ills – Fingernail Tea

Après un final si épique, je n’ai pas envie de renchérir dans la course à l’artillerie lourde. On a gravi une montagne, on s’est assis sur un nuage, prenons maintenant le temps de tourner en rond, de flotter en se laissant porter par les courants électromagnétiques. Pour dériver dans l’éther, les Psychic Ills me semblent un choix pertinent et envoûtant. -godspeed

> Achetez Mirror Eye

12. Nomo – Ma

Parmi les nombreux fils d’Ariane de ce cadavre, s’impose de manière de plus en plus évidente cette ligne de percussion, lascive et imposante, légère et redoutable. Cuivres électriques, guitares piquantes, percussions lascives, tension progressive, tourbillon psychédélique, Ma avait tout pour plaire et pour rejoindre le tracklisting de ce cadavre. -aKa

> Achetez Invisible Cities

13. Tenniscoats – Rolling Train

Je vois que tu insistes avec tes cuivres, et là je ne peux plus me dérober, je suis bien obligé apporter ma contribution. Dans ce morceau des délicieux japonais Tenniscoats, il y a aussi des cuivres, mais ils sont nettement plus tristes. C’est une marche. C’est une procession. C’est peut-être un au revoir à quelqu’un, je ne sais pas. Je sais juste que c’est beau à pleurer. -godspeed

> Achetez Tan-Tan Therapy

14. Corrina Repp – Let Us Lie Underneath The Night

Les cadavres sont fait de vieilles et durables obsessions (12Twelve, Nomo) mais aussi de morceaux dont on n’a jamais su trop quoi faire et qui soudainement s’imposent et trouvent grâce en se lovant dans un cadavre qui semble avoir été fait rien que pour eux. Part Chimp et Corrina Repp auront été de ceux-là. Et je ne suis pas peu fier de ce dernier morceau qui susurre le mot “Fin” dans un mouvement délicat et naturel. Un titre qui épouse merveilleusement le morceau de Tenniscoats, clôturant ainsi parfaitement un tracklisting nuancé et cohérent, et qui, dans le même temps, sied particulièrement bien à la conclusion de Kaïro , aux dernières images du film et à ses dernières lignes de dialogue. -aKa

> Achetez The Absent and The Distant