La Blogothèque
Cadavre Exquis

Asleep

Les Cadavres Exquis, ce sont des compilations, réalisées en ping pong à 2, 5 ou 12, à l’aveugle ou pas, avec des contraintes ou pas. Après une première tentative placée sous le signe de l’international, voici donc un deuxième numéro qui devait vous hypnotiser lentement pour finir, peut-être, par vous abandonner dans les bras de Morphée. Ou pas. Du folk d’Elvis Perkins aux arias chantés par Renée Fleming en passant par Franck Black qui s’essaie à la soul, petite revue de marchands de sable.

Pour ce nouvel essai, réalisé entre septembre et novembre 2007, il avait été convenu de s’envoyer deux morceaux à la fois, permettant ainsi la suggestion d’un thème (titre de chanson, style de musique… whatever). C’est Garrincha qui donna le coup d’envoi et suggéra ainsi de coucher ce deuxieme Cadavre Exquis dans les bras de Morphée. Alexia nous prêta ensuite sa terrasse, ses oiseaux, sa pluie, le spleen de son appartement, mais aussi sa voix et son témoignage pour le mixage final. En résulte un Cadavre tout en langueur, étrange et hypnotique.

Grand merci à Olivier pour la cover. Et rendez-vous le mois prochain pour un nouvel épisode.

Téléchargez le Cadavre Exquis #02

- en mp3 : Face A, Face B ou le Zip complet (FaceA+B+CoverPDF)
- en m4a – podcast illustré : Face A, Face B ou le Zip complet (FaceA+B+CoverPDF)

Liens alternatifs (sendspace):

- en mp3 : FaceA, FaceB, la coverPDF ou Zip complet (FaceA+FaceB+CoverPDF)
- en m4a : FaceA, FaceB, la coverPDF ou Zip complet (FaceA+FaceB+CoverPDF)


#02 – Asleep – Face A


Téléchargez la Face A (mp3 / m4a)

01. Grand Archives – Sleepdriving

“Sleepdriving”, c’est la première démo qui ait filtré lorsque Matt Brook a quitté Band of Horses. C’était une chanson tellement belle qu’on a forcément été déçu de l’album qui a suivi, trop lourd et surproduit. Reste cette gemme, qui invite à l’inconscience et à l’aventure. Une aventure de somnambule rêveur qui s’écarte des chemins tracés et qui file vers ailleurs. -garrincha

> Achetez The Grand Archives

02. Elvis Perkins – While You Were Sleeping (Daytrotter Session)

Une des plus belles chansons de 2007, sans hésiter. Ici, en version Daytrotter, soit un peu plus libérée, un peu plus lâche mais toujours aussi enivrante. Comme une belle liqueur.

Si vous n’avez pas encore été conquis par Elvis, par ses histoires comme par sa voix, ce n’est franchement pas notre faute, hein ! -garrincha

> Achetez Ash Wednesday

03. Hank Harry – Sleeping There

Hank Harry est un astre mystérieux dont la face obscure irradie la face visible (et inversement). Hank Harry c’est un peu mon anti-héros à moi : un songwritter aux idées parfois loufoques mais souvent précieuses et en tout cas toujours empreintes d’une émotion sincère et touchante. Comment ne pas sombrer à l’écoute de ce “Sleeping There” qui continue irrémédiablement de me soulever le cœur à chaque nouvelle écoute ? (Hank Harry c’est aussi un nouvel album qui sort, la->info@hankharry.com], [maintenant.) -aka

> Achetez The Girl of My Dreams

04. Sebastien Schuller – Sleeping Song

Inversément, je ne connais pas grand-chose de Sébastien Schuller. Un nom de plus à la galerie de ces personnages que tous nous invite à connaître mais que rien ne nous convainc d’adopter. De Sébastien Schuller je n’ai gardé que ce “Sleeping Song”. Ce qui n’est déjà pas si mal. -aka

> Achetez Happiness

05. Junior Boys – Sleep Tonight (Stars cover)

Restons un peu dans le synthétique. Les canadiens de Stars ont confié leurs chansons à une ribambelle d’amis pour un album de remixs intitulé Do You Trust Your Friends ? . De cet assemblage hétéroclite et très inégal ressort cette berceuse en forme de mirage, engourdie et pourtant inexorable. Réconfortante, aussi, à sa manière. -garrincha

> Achetez Do you trust your friends ?

06. Jana Hunter – Sleep

De Jana Hunter, on sait surtout la proximité avec Devendra Banhart. Sur la foi d’une chanson comme celle-là, acoustique mais pas limitée aux canons du folk (nouveau ou pas), on se rend vite compte qu’elle est plus que ça. Là encore, on est dans la comptine mais dans une version un peu étrange, alternative. Comme si elle tentait d’endormir un enfant inquiet à l’arrière d’une bagnole lancée à travers la nuit. -garrincha

> Achetez There’s No Home

07. Bonnie Prince Billy – Cursed Sleep

Le réveil idéal : les rideaux s’ouvrent délicatement, laissant apparaître un soleil radieux. La baie vitrée est entre-ouverte et apparait en contre-jour l’ami Prince Billy, grattant sa guitare et chantant toutes les merveilleuses choses que je pourrais accomplir en cette belle journée. Je finis par me rendormir d’extase. -aka

> Achetez Cursed Sleep


-

#02 – Asleep – Face B


-

Téléchargez la Face B (mp3 / m4a)

08. Patrick Watson – Sleeping Beauty

A l’époque, Patrick Watson n’était qu’un nom intriguant qui venait à peine de faire irruption sur le radar. C’était avant ces belles rencontres. Il y a dans ce morceau tous les ingrédients pour en faire la BO parfaite d’un rêve étrange, énorme patchwork d’images glanées tout au long d’une vie et qui s’assemblent soudainement en un scénario curieux, dont on ne perçoit rien de la logique interne et que pourtant l’on suit sans poser de question. -aka

> Achetez Close to Paradise

09. The Paper Chase – We Know Where You Sleep

Ne cède pas au sommeil. Ne cède pas. Sinon, ces petits cons de rockers emos qui ont complètement oublié ce que pouvait bien être la retenue viendront te chercher jusque sous ta couette. Ils t’habilleront de noir et ils te forceront à brailler leurs histoires d’amour un peu bizarres sur un piano désaccordé tiré d’un vieux cabaret. -garrincha

> Achetez Now You Are One of Us

10. The Shaky Hands – The Sleepless

Les Shaky Hands ont été à bonne école (probablement la même que Modest Mouse) : ils y ont appris l’art de la petite chanson pop, torchée en quelques accords – rien de trop élaboré, mais le tout gorgé d’une sorte de mélancolie douce et presque joyeuse. Comme si l’insomnie était un truc marrant. Un peu comme quand les Shins se prenaient moins au sérieux. -garrincha

> Achetez Shaky Hands

11. Acid House Kings – Sleeping

Moi qui ne suit pas un grand mangeur de pop, j’aime la sensation pétillante que les compos gentillettes d’Acid House Kings provoquent. Fraiches, colorées, finement hachées, cuites à point et arrosées juste comme il faut, elle passent toutes seules et tapissent mon palais d’une douce substance caramélisée. Que demander de plus?
-aka

> Achetez Sing Along with Acid House Kings

12. Frank Black & The Catholics – Sleep

Des chansons pour faire dodo, l’ami Franky en compte plus d’une à son actif. Mais “Sleep”, jamais officiellement sortie, est sans doute l’une des plus réussie. Accompagné de ses regrettés The Catholics, on y retrouve toute la langueur country d’un Frank mature et épanoui. C’était avant la fameuse réunion des anciens et la mid-life crisis qui a suivi.
-aka

13. The 5th Dimension – Last Night I Didn’t Gat To Sleep At All

On tombe dans une ritournelle pop toute rayonnante qui semble chanter le plaisir pur. Une nuit passée dans les bras d’un(e) autre ? No, no, nooooo. Bien au contraire, c’est un concentré de spleen qu’on avale sous des dehors sucrés et des harmonies gonflées. -garrincha

> Achetez The Very Best Of

14. Renée Fleming & The Orchestra of The Age of Enlightment – Oh, Sleep, Why Dost Thou Leave Me ?

Dans le titre de cet aria d’Haendel, il y a un “Oh” initial. Il faut bien écouter Renée Fleming le chanter, ce “oh” terrible, chargé de peine et de lassitude. Si chargé, si beau et si pur qu’on pourrait presque, enfin, se laisser bercer. -garrincha

> Achetez Haendel