La Blogothèque
Mercredix

On The Road

Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait.

Nicolas Bouvier, L’Usage du Monde

Les routes qui s’ouvrent, les possibles qui se dévoilent, les fuites que l’on se permet, les paris que l’on prend, les chemins qu’on dévale, les passagères qu’on embarque, les lendemains qu’on espère : de quoi faire dix très belles chansons. C’est le mercredix des gens du voyage.
sans le fabuleux Safe Travels de [Peter & The Wolf, qui n'est hélas pas sur Spotify]

1. The Mountain Goats – This Year

C’est l’album le plus autobiographique de John Darnielle, celui sur lequel il parle du foyer familial brisé qu’il lui faudra fuir. Ça donne une chanson pleine de rage et d’espoir, qui transforme une simple virée en bagnole en épopée sublime vers l’affirmation de soi.

Vous aussi, vous avez l’impression que Darnielle est capable de chanter votre vie ? De vous dire précisément ce que vous êtes en train de ressentir alors que vous ne trouviez pas les mots ? Vous n’êtes pas les seuls.

2. Guided By Voices – Motor Away

En deux minutes et six petites secondes, Pollard et sa bande arrivent à vous convaincre que la solution a tous vos problèmes est tout simplement de desserrer le frein à main et d’enfoncer ce putain d’accélérateur.

Les Guided By Voices se sont séparés le 31 décembre 2004 et la terre tourne encore comme si de rien n’était.

3. The New Pornographers – Adventures In Solitude

La power-pop des Canadiens au service d’un chant d’accueil, pour ceux qui sont partis loin se chercher un petit bout de vérité et qui espèrent qu’au retour on les aura attendu, on leur ouvrira la porte et on les embrassera.

4. Lykke Li – I’m Good, I’m Gone

La sirène suédoise chante les lignes de fuite, et elle le fait bien.

5. El Perro Del Mar – Glory To The World

On dirait un tube Motown épuré et filtré, rejoué à la flûte au coin du feu. Une façon très simple de dire, d’une voix fluette, comme le monde est beau quand on a l’impression qu’il s’offre à nous. Sur un tempo qui donne envie de sautiller sur le bitume comme si on jouait à la marelle, en toute innocence. Et si sa voix se brise presque sur le refrain, comme si elle allait s’étrangler, c’est sûrement à cause de l’émotion.

6. A Hawk & A Hacksaw – The Way The Wind Blows

Rien à voir : on repasse à quelque chose de plus terrien alors que justement le chant parle du vent. Un accordéon et un violon qui disent l’emprise de la terre, la marche et les jambes lasses. C’est au bout d’une minute que la première bise se lève et ravive l’envie de pousser toujours un peu plus loin. C’est dans la dernière minute que le vent se lève pour de bon et qu’en vérité il nous entraîne dans son souffle.

7. Tindersticks – The Other Side Of The World

Avec la classe dont il fait toujours preuve, Stuart Staples adresse son chant à celle qui a su le retenir. Les ballades des Tindersticks ont toujours eu quelque chose de troublant, d’un peu vénéneux. Celle-là ne fait pas exception. L’autre bout du monde, c’est aussi un endroit un peu obscur et flippant, dont on est pas sûr qu’on pourra revenir.

8. Bruce Springsteen – Thunder Road

“Hey what else can we do now ? Except roll down the window and let the wind blow back your hair ?”

Tout est dit.
[Il existe une très belle version de cette chanson sur The Brave & The Bold , l'album de reprises que Bonnie Prince Billy a enregistré avec Tortoise]

9. Percy Sledge – True Love Travels On A Gravel Road

Oubliez la tarte à la crème “When A Man Loves A Woman”. Oubliez le fait que Chip Moman et les autres grands noms de la soul qui ont bossé avec le vieux Percy s’étonnaient de sa capacité à ne pas tenir les notes justes. Quand Percy chante les chemins défoncés qui mènent à l’amour, on entend dans sa voix une vie entière passée dans les cahots.

10. Portishead – Roads (live)

Peut-être la plus belle chanson de Portishead. En concert, les arpèges de l’intro flottent dans un silence imparfait. Les silences sont encore plus importants que les notes elles-même. Et puis la voix de Beth Gibbons. Il pourrait ne pas y avoir de paroles à cette chanson tant le “oh” introductif dit déjà tout ce qu’il y a à savoir là. Il y a des guerres à mener, des chemins à trouver, des voies à inventer, des souffrances à surmonter. Oh .

- Pour écouter cette sélection, on clique sur ce lien.

- Si vous n’avez pas accès à Spotify, rendez-vous ici pour pouvoir vous y inscrire.

Photo : (Life / Google)