La Blogothèque

Balmorhea, post-rock du dix-neuvième siècle

Le désert texan comme horizon, son immensité comme inspiration, on peut jouer du banjo à l’ombre d’un cactus, on ne dérangera que les coyotes. Une église désaffectée, mais intacte, pour abriter une musique solennelle aux volontés de fuites. Et des allures graves, presque austères pour l’incarner. Balmorhea, référence au Balmoral écossais ou hasard des patronymes, un joli nom pour une musique de ferveurs et de douces ivresses…

Balmorhea est tout en polie sobriété et en érudition, ici on joue des cordes – guitare, violon, violoncelle, contrebasse, banjo et autres – et on laisse aux instruments le soin de charmer, d’assoupir presque avant d’emballer et de prendre au piège. L’esprit du Threnody Ensemble, de Fifths Of Seven ou de Rachel’s, et le propos identique : faire d’une musique instrumentale des chansons éloquentes sans être trop bavardes, des pièces élaborées, complexes mais à la beauté immédiate. Des petits morceaux d’(une) histoire, des constructions qui s’emportent, parfois denses et par endroits saccadées, qui rythment des explorations anciennes.

Sur leur nouvel album All Is Wild, All Is Silent

, deux morceaux ont pour noms des dates (“March 4, 1831″ et “November 1, 1832″), comme une volonté de marquer un temps figé à une époque où la musique de Balmorhea aurait pu être jouée déjà, qui sait, par des chercheurs d’or perdus, des pasteurs au bout de leurs fois, des aventuriers las, des gens qui auraient vu la fin et en hurleraient ainsi leurs renoncements.

Car, lorsqu’on chante/crie chez Balmorhea, c’est de loin, du fond du studio et derrière le groupe. C’est presque inaudible, cela ne créée qu’une illusion, des murmures et une voix fantomatique, mais c’est ainsi voulu, une autre forme d’expression et d’effacement, en échos de chants sacrés peut-être… Balmorhea et une musique de pionniers, visionnaires du passé alors, ou, pour paraphraser Don Delillo, une musique qui “se souvient du futur”. Une histoire d’intemporalité alors…

Balmorhea sera en tournée européenne ce printemps. Ils passeront notamment aux Instants Chavirés à Montreuil le 3 mai…