La Blogothèque
Concerts à emporter

Bloc Party

Il faut savoir être un peu lourd, un peu insistant, la récompense est quelquefois largement à la hauteur de l’embarras…

Nous étions arrivés place de la Bourse vers 22h30, avec le groupe Get Well Soon au complet. Nous avions fait du bruit sur la place vide, dansé avec un écailler, goûté des huîtres, filmé une poignée de belles chansons (en ligne bientôt) . C’était le premier Concert à emporter filmé par Colin, nous avions déjà tourné une heure, mais une rumeur nous poussait à continuer.

Bloc Party avait fait son concert surprise au Nouveau Casino le même soir, et les gars du label nous avaient dit qu’ils iraient probablement boire des verres au Truskel après coup. Get Well Soon devait retrouver leur équipe là bas, nous les y avons conduit, et leur avons demandé de jouer un morceau devant le bar.

Pendant que les Allemands jouaient, Kele Okereke est sorti. Il s’est posé à côté de moi, m’a demandé qui jouait ce qu’ils faisaient. Lorsque je lui ai expliqué qu’ils faisaient un Concert à emporter, il a eu un timide ‘Oh great, that’s good’. Je lui ai alors tapé sur l’épaule, en sortant une connerie du style ‘ça tombe bien, après c’est ton tour’.

On nous avait prévenus que ce ne serait pas facile. Il y a un an, déjà, nous avions essayé d’en organiser un, à Londres, avec l’appui de JD Beauvallet, mais rien n’avait pu les convaincre : ils ne jouent jamais en acoustique, ce sont de grands timides, c’est impossible. Alors ce 14 octobre, on a donné à fond.

Et on était aidés. Mathieu, de Coop, était bourré et joyeux. Les deux managers du groupe étaient bourrés et joyeux. Nous étions bourrés et joyeux, et c’est ainsi que Kele s’est retrouvé plaqué contre un mur, pressé par une dizaine de personnes enthousiastes à jouer un morceau.

(Nous avons fait une version sous titrée, disponible ici)

Nous avons coupé au montage, car cela a pris 25 bonnes minutes. Le temps de l’empêcher de s’enfuir, d’aller chercher Russel, de savoir quelle chanson faire. Quand Kele a fini par chanter, Colin était collé à lui, et c’était comme si ce grand black timide se jetait d’un plongeoir trop haut pour lui… Il nous a pris de court. Tout le monde est resté coi. Il n’y a rien à rajouter. Ce furent cinq minutes d’une sincérité rare, deux artistes qui se jettent sans filet, sans trop savoir pourquoi. Merci à eux d’avoir su prendre ce risque.