La Blogothèque

Le griot de Bogolan

D’Ali Farka Touré, le guitariste malien, on se rappelle le talent et les collaborations flamboyantes: Ry Cooder, Toumani Diabaté ou Taj Mahal.
Aujourd’hui, son fils, Vieux Farka Touré, est à Paris pour une série de concerts.

De Bamako à Tombouctou, en remontant le fleuve Niger, on connait l’histoire de Vieux Farka Touré. Dans la capitale, sous l’arbre à palabres, un griot témoigne.

Il nous montre une grande porte en fer bleu, au numéro 23, celle du Studio Bogolan.

L’histoire de la famille Farka Touré commence un peu là, quand Ali crée ce studio avec Yves Wernert.

C’est surtout là qu’elle se perpétue depuis que Vieux a pris la relève, la relève du blues malien.

Le griot raconte que Vieux apprenait à jouer de la guitare en cachette : son père voulait qu’il soit militaire et qu’aucun de ses enfants ne fraye avec le milieu de la musique. Il ira quand même à l’Institut national des arts de Bamako et finira par partir sur les routes avec Toumani Diabaté.

Un jour, un homme est venu d’Amérique, Eric Hermann, un ami de Vieux. Il a convaincu les anciens et Ali de laisser Vieux enregistrer un disque.

Le griot a l’œil nostalgique, il se souvient de l’année 2005: il savait que derrière la grande porte bleue, les morceaux que Vieux enregistrait avec son père étaient les derniers du grand Ali Farka Touré.

Il se rappelle aussi de tous ces gens qui étaient dans le studio: Eric Herman, Bassekou Kouyaté, Issa Bamba, Afel Boucoum, Seckou Touré, Adama Diarra, Tim Keiper, Hassey Sarré, Mahamadou Koné, Princesse Prisca, Benita Alou, Coulibal, Mamadou Fofana.

Avec ce disque, Vieux voulait rendre hommage à son père, aux anciens. Il voulait rendre hommage à la tradition musicale en utilisant la calebasse, la flute guinéenne, le n’goni ou le Tama.

[track id="4551" src="http://download.blogotheque.net/Audio/VieuxDiallo.mp3"]
[track id="4552" src="http://download.blogotheque.net/Audio/VieuxNiafunke.mp3"]

Il y avait aussi de nouvelles choses dans cette musique, le griot est un vieil homme et reconnait que la modernité effraye parfois les anciens.

Mais Vieux leur inspire le respect, et ils savent le succès qu’il connait aujourd’hui, dans le monde entier.

Le conteur nous confie qu’il se sait trop âgé pour voyager, mais que Vieux lui raconte tous ses voyages, que tous les paysages qu’il découvre défilent à son retour sur le grand portail bleu du numéro 23.

Vieux, bientôt, ira à Paris, et il lui racontera.

Vieux Farka Touré se produira (gratuitement) dans différents parcs parisiens dans le cadre du festival Paris Quartier d’été.

Le 28 juillet, 18h Jardin du Luxembourg (Paris 6e).

Le 29 juillet, 19h Parc Georges Brassens (Paris 15e).

Le 30 juillet, 19h Jardin d’Eole (Paris 18e).

Le 31 juillet, 19h Parc de Belleville (Paris 20e)

(Il sera également le 8 aout à St Nazaire pour les Escales Festival)