La Blogothèque

Plants & Animals, à l’orée des genres

Parce que le calendrier en décide parfois autrement, j’ai manqué ce concert, avec un peu d’agacement et de regrets .

Pour présenter Plants & Animals, le programme évoquait Wolf Parade et Arcade Fire.
En cherchant, j’ai vu aussi cette pochette d’album;
Une image boisée et bordélique qui me rappelait le Cripple Crow de Devendra Banhart. Une photo chargée de personnages et de situations grotesques que j’aurais pu regarder pendant des heures en y découvrant toujours de nouveaux détails .
J’ai imaginé une bande à la I’m from Barcelona qui avait le gène talentueux et magistral de quelques formations bien connues de Montréal.

C’est drôle comme les apparences sont trompeuses: ce que j’ai pris pour une joyeuse bande n’était qu’un joyeux trio.
J’ai bien été un peu déstabilisée en écoutant «Bye bye bye», premier titre de l’album, qui sonnait bien plus Mercury Rev que Win Butler & Co.

Parc Avenue, premier album de Plants & Animals, nous induit toujours en erreur. De tous ces personnages, que l’on prend pour le groupe et qui ne sont autres que leurs amis et voisins, à «Bye bye bye» que l’on croit être un titre mal placé et qui n’est qu’un fantastique piège à ours.

Say goodbye to before.

Bye. Bye. Bye.

You are not welcome anymore.

The door’s been shown to you.

Je me suis laissée prendre par des chansons chorales pour Soirées à Emporter («New Kind of love») et par des harmonies dépouillées («Early in the morning»).
Je me suis laissée surprendre à 3 minutes 12 secondes de «L’orée des bois» par cette voix enfantine qui rappelle Nico et son «Petit chevalier» . J’ai battu la mesure sur le refrain de «Mercy» et et la pièce instrumentale aux rythmes africanisant de «Guru».

[track id="4746" src="http://download.blogotheque.net/plantskind.mp3"]
[track id="4747" src="http://download.blogotheque.net/plantsearly.mp3"]

Parc Avenue est mon album inattendu. Ce que j’ai pris au début pour quelque chose d’un un peu bordélique et incohérent le temps de la découverte, m’apparait aujourd’hui comme un premier album fantastiquement riche.
Plants & Animals reviendront peut-être en France cet automne, pour ceux qui voudraient faire abstraction des regrets dès maintenant.

Les autres pourront attendre le second album, j’ai d’ores et déjà envie de croire dur comme fer qu’il sera grandiose.