La Blogothèque

Across The Continents

Les Cadavres Exquis, ce sont les nouvelles compilations de la blogothèque, réalisés en ping-pong à 2, 5 ou 12, à l’aveugle ou pas, avec des contraintes ou pas. On commence pour ce premier numéro par un cri d’amour lancé à la face du monde, et un tracklisting qui bondit des bas-fonds latinos de Harlem aux faubourgs de Luanda en Angola, des émigrés caribéens de Londres aux rappeurs d’Istanbul. Et qui s’installe peu à peu en Afrique, sous le regard bienveillant de David Byrne, évidemment.

(Merci à Oli pour le graphisme, à Thomas pour son aide et ses idées et aux amis de la Quarantaine pour leur voix et leur confiance)

Téléchargez le Cadavre Exquis #01

en mp3 : Face A, Face B ou le Zip complet (FaceA+B+Cover)
en m4a – podcast illustré : Face A, Face B


#01 – “Across the Continents ” – FACE A


Téléchargez la Face A (mp3 / m4a)

01. Ray Barretto – Together

Crier ma volonté de ne pas voir ces compilations enfermées dans le répertoire habituelle de la blogo, hurler mon envie de voyages et d’aventures, clamer mon affection pour les frontières et les états limites… Ray Barreto !
Exilé emblématique d’une époque, d’une musique, de deux musiques, de mille musiques… et jouant ici l’une de ses meilleures pièces : côté pile, percus latines enflammées ; côté face, rythme funky endiablé.
– aKa

> Un hommage
> Acheter Together

02. Joe Bataan – It’s A Good Feeling (Riot)

Un enchainement évident, peut-être trop, mais comment ignorer la sirène de Good Feeling, l’urgence et la sueur entraînante des boîtes où l’on danse en écoutant Joe Bataan, l’autre grand maître de la latin soul.
– garrincha

> Joe Bataan
> Acheter Riot

03. Climaco Sarmiento y su Orquestra – La pata y el Pato

Partir ou rester ? Rester fidèle à son envie de voyager ou suivre l’émotion du moment? L’émotion, l’émotion ! Et dès lors choisir de s’enfoncer sous les tropiques et dans l’histoire pour aller cueillir cette musique latine à l’une de ses sources, dans la jungle Colombienne, les cuivres et les coeurs.
– aKa

> Soundway Records
> Acheter Colombia! The Golden Age of Discos Fuentes

04. Young Tiger – Calypso Be

Deux directions possibles : poursuivre vers l’Amérique Latine, ou traverser l’océan sur les traces d’une diaspora qui chante son blues sous le crachin des faubourgs londoniens.
London is the place for us.
– garrincha

> Honest Jon’s Records
> Acheter London Is The Place For Me, Vol. 2

05. Hemoglobina – Sonho Africano

De Londres à Luanda, on n’enjambe pas seulement les océans, on saute également les époques ; oscillant entre modernité et tradition, une oreille tournée vers l’occident et ses chaînes en or, l’autre viscéralement attachée à la terre angolaise, DNLX et Contrario, alias Hemoglobina, nous offre une belle opportunité de continuer à brouiller les pistes de notre tour du monde en 80 beats.
– aKa

> Hemoglobina @ Ben Loxo du Taccu

06. Ceza – Tamam

Dans la catégorie rap ethnique, j’ai des munitions. Tout un arsenal : du très bon suédois (non, pas Looptroop), de l’allemand, de l’africain en pagaille. Et du turc, donc, balancé en rafale par un certain Ceza (prononcez “Djeza”) qu’on aura aussi pu croiser chez Fatih Akin.
– garrincha

> Ceza
> Acheter Rapstar

07. La Fanfare du Belgistan – Le Petit Turc

S’interdisant de creuser deux fois le même sillon , désireux de prolonger notre danse vertigineuse autour du globe et affectionnant la malice et les clins d’œil, je ne pouvais pas ne pas penser à la fanfare du Belgistan, groupe belge (!!) dont la musique balkanique (!!) célèbre ici l’homme turc (!!).
– aKa

(Photographie: Gaëna da Sylva)

> La Fanfare du Belgistan
> Acheter La Fanfare du Belgistan

08. Kocani Orkestar feat Zach Condon – Siki Siki Baba (live)

Puisqu’on touche aux Balkans, tout le monde pensera à Beirut. Ce même Beirut qu’on aura vu un soir, ivre de bonheur, chanter avec ses idoles du Koçani. C’était notre Soirée à Emporter, un des trucs dont je suis le plus fier par ici.
– garrincha

> Beirut & Koçani Orkestar
> Acheter The Flying Club Cup et/ou Alone At My Wedding


#01 – “Across the Continents ” – Face B


Téléchargez la Face B (mp3 / m4a)

09. Konono n°1 – Paradisio

Ne pas réfléchir, foncer, suivre l’inspiration, sortir les Likembes, brancher les amplis, monter le son et quitter les balkans (et les soirées parisiennes) pour embrasser le majestueux fleuve Congo. Là-bas, quelque part dans les faubourgs de Kinshasa, entre Limite et N’dili résonne cette musique envoûtante des joueurs tradi-modernes. Nasepélí míngi !
– aKa

> Konono n°1
> Acheter Congotronics

10. Vampire Weekend – Cape Cod Kwassa

Au moment de réaliser cette compilation, Vampire Weekend n’était qu’un nom qui s’entendait de ci de là. Aujourd’hui, ça fait déjà tarte à la crème de les balancer en première ligne quand on parle de musique africaine. Reste que ça fonctionne, et pas qu’un peu.
– garrincha

> Vampire Weekend
> Acheter Vampire Weekend

11. Franco & Sam Mangwana – Coopération

La provocation est trop grande, l’affront trop évident. Clore le chapitre congolais sur cette petite bafouille anglophone sympatoche ??!! Oublier le dieu Franco et ses apôtres de l’OK Jazz ??!! Impossible d’en rester là. “En direct de Kinshasa… le tout puissant…
– aKa

> Franco & Sam Mangwana
> Acheter Franco & Sam Mangwana & T.P. OK Jazz 1980-1982

12. David Byrne – Glass, Concrete & Stone

Continuons donc sur des allers retours entre l’Afrique et ceux qui de l’autre côté de l’Atlantique s’inspirent des musiciens du continent noir. A tout seigneur, tout honneur : une petite perle de maître Byrne, découverte pour ma part dans la scène d’exposition d’un bon navet avec Scarlett Johanson, mais qui depuis m’évoque tous les endroits où je n’ai pas fait qu’habiter. Les endroits où j’ai vécu.
– garrincha

> David Byrne
> Acheter Grown Backwards

13. Roswell Rudd & Toumani Diabaté – Bamako

Les ponts tissés à forces de notes échangées entre musiciens africains et ocidentaux sont nombreux et variés. Tous n’ont cependant pas la grâce, la robustesse, la justesse et la finesse de ce “Malicool “. Fruit d’une rencontre aussi opportune que heureuse entre Roswell Rudd, tromboniste de son état, et Toumani Diabaté, maître incontesté de la Kora
– aKa

> Roswell Rudd & Toumani Diabaté
> Acheter Malicool

14. Bonga – Mona Ki Ngi Xica

En France, on connaît cette chanson parce qu’elle servit pour le générique d’une émission de télé. On connaît moins le somptueux album de Bonga, guitariste angolais dont la voix peut séparer les flots de la Mer Rouge et faire fondre des filles (en même temps).
– garrincha

> Bonga
> Acheter Angola 72 – 74

15. Charlotte Dada – Don’t Let Me Down

Terminer sur une note amusée, symbolique et synthétique. Une version du célèbre Don’t Let Me Down enregistrée au Ghana en 1974 (et mise à jour par l’inépuisable Benn Loxo). Un hymne occidental ici pilonné, dénudé et magnifié, sans complexe ni calcul. Un chant universel, des images fantasmées, du rêve et un son qu’on voudrait ne jamais entendre s’arrêter.
– aKa

> Charlotte Dada
> Acheter Money No Be Sand