La Blogothèque
Concerts à emporter

Adam Arcuragi

Tous les samedi, les deux niveaux d’un banal parking lugubre se transforment en marché aux puces de Chelsea.

Lorsqu’Adam Arcuragi et son groupe se sont pointés avec leurs instruments, les vendeurs, prudents, ont objecté que peut-être l’exquis “Bottom of the River” allait distraire les clients, et les détourner de leur intention première: dépenser leur argent dans des cartes postales vintage et autre horloge Tupac Shakur qui fonctionne très bien, ou peut-être que non. Mais Arcuragi et cie les a séduit, et une femme au sourire contagieux est même allée jusqu’à vider un bac plein d’ordures pour qu’il serve de grosse caisse au groupe. Et au fait: elle a fait la Juilliard School.

Arcuragi a un truc pour les longs titres [par exemple “1981 (Or Waving at You as We Part at Light Speed Will Look Like I’m Standing Still” de son album éponyme sorti en 2006]. Cette chanson est une demande de dernière minute de la part de One Take New York, alors que le groupe rangeait son matos dans le van et direction Boston pour un concert le soir-même. On les a embêtés un peu “On en refait un petit dernier ?”. Il neigeait. “On s’en fiche, on vous filmera dans le van.” Et voilà. Une belle chanson, intime, dans un mini-van blindé et tellement pas rock and roll.

Je suis sûr qu’Adam et ses potes feraient ça tous les samedi à Philly même sans caméra pour les filmer. Ce sont des musiciens accomplis, ils jouent tous dans les groupes des uns et des autres, et il rajouteront ce qu’il faut, quand il le faut, si la chanson a besoin d’eux. Sur celle-ci, il fallait des choeurs, des harmonies, un rythme et une guitare qui tapent, un dulcimer, un photographe et un casque, évidemment.

Ben Cramer, One Take New York