La Blogothèque
Concerts à emporter
#79

Alela Diane

Alela, au début, donne l’impression de trouver ça aussi incongru que nous. Elle sourit et rit comme une enfant qui reçoit un cadeau auquel il a du mal à croire. Elle a les yeux qui s’écarquillent. Au dessus de sa tête, il y a les tours de Notre Dame et dans le ciel qui s’assombrit, enchevêtré dans les arbres, on devine des lumières de Noël en suspension. Il y a des gens pendus au téléphone, des qui passent sans même relever la tête devant la vieille cathédrale qui fait partie de leur paysage urbain, qui n’a pour eux plus rien de spécial. Alela, elle, a beau tourner le dos à la vieille Europe médiévale, on voit à son visage qui se retient de pouffer qu’elle sent la présence de l’édifice, qu’elle a parfaitement conscience de l’endroit où elle est, qu’elle a même un peu de mal à en faire abstraction. Qu’elle sent autant que nous le décalage de cette musique qui puise aux racines du Nouveau Monde et qui se déploit au milieu de vieilles pierres plusieurs fois centenaires.

#79.1 – TIRED FEET

Réal : Vincent Moon

Tourné à Paris, Décembre 2007

Et les paroles qu’elle répand dans le froid, conteuse itinérante que personne ne semble écouter, disent justement “Although I’ve never been here, I know that here I’ve swam before”. Et, alors qu’elle semble se laisser aller, alors que le vent batifole dans ses cheveux sans qu’elle semble s’en rendre compte, je me rends compte que je la crois. Je la crois parce que sa musique venue d’ailleurs sonne tellement familière que j’ai l’impression d’avoir grandi avec. Je la crois parce que sa voix, même si elle sort du chemin tracé, même si elle dérape et crisse, a quelque chose de naturel. La force de l’évidence. Elle a quelque chose d’ancien, aussi. Une voix qui porte plus que les sentiments de la jeune femme qui la pousse, qui charrie la mémoire de ceux qui sont venus avant et qui redonne à leurs vieilles histoires un lustre et une lumière, au moins aussi bien que le plus majestueux des édifices.

#79.2 – THE RIFLE

Réal : Vincent Moon

Tourné à Paris, Décembre 2007

Alors, déplacée, Alela ? Nulle part, elle ne l’est. Qu’elle avance le long de la Seine sur des quais désertés, qu’elle chante devant la fontaine St Michel comme n’importe quel musicien de rue, encadrée par les lampadaires de Paris, ou qu’elle raconte une histoire que sa mère lui contait à un petit enfant, encadrée dans la porte de l’église comme une icone. Même les dames qui vont à l’office l’ont compris : partout où on se raconte encore des histoires pour se réconforter, Alela est à sa place.

#79.3 – PIECES OF STRING

Réal : Vincent Moon

Tourné à Paris, Décembre 2007