La Blogothèque

Top 2007 DJ Barney

Douze disques et un treizième hors catégorie, parce que dix c’était trop dur, dans l’ordre alphabétique sur une idée de Rom. Impossible de classer les disques qui m’ont remué, fait bondir, intrigué, étonné ou botté le cul en 2007. Un non-classement du moment, entre plaisirs furtifs et disques qui resteront.

ANIMAL COLLECTIVE, Strawberry Jam

Je sais que je réécouterai Strawberry Jam encore et encore dans les années à venir, que cet entrelacs d’electro sanguine et de pop à hurler sous la douche est enfin le disque que j’attendais des Animal Co après tous ces albums à moitié réussis, tâtonnant sans trouver la symbiose jouissive qui éclate dès les premières secondes de ce huitième album.

Le site / MySpace / Acheter

—-

BATTLES, Mirrored

Les deux EP signés par le supergroupe de Ian Williams annonçaient un album nerveux et métallique, et le voilà. Battles, c’est le Chicago post-rock de la fin des années 90 en mode loop et microvariations délicates sous les couches d’électricité. Répétitif par principe, un peu long sûrement, Mirrored s’écoute en immersion totale ou pas du tout. Beau souvenir de concert, à la Maroquinerie à Paris, plus groove que rock.

MySpace / Acheter

—-

BON IVER, For Emma, Forever Ago

C’est le billet de Nora qui m’a fait découvrir ce gars barbu. Et ça a été une bonne claque en deux temps. Une première écoute agréable mais trop distraite, envahie par les crissements du métro qui ne vont pas du tout à ce chant pâle. Puis une deuxième écoute au calme, remuante comme une belle certitude: Bon Iver m’accompagnera encore longtemps avec sa soul qui se cache sous des habits folk, ces chansons adressées au monde depuis une forêt enneigée. Le disque était dispo en ligne, il sort sur Jagjaguwar en février…

En novembre sur la Blogothèque

Le site / MySpace / Acheter (à partir du 19 février)

—-

GAVIN BRYARS, ALTER EGO & PHILIP JECK, The Sinking of the Titanic (1969- )

Gavin Bryars a écrit cette pièce électroacoustique en 1969, mais jamais elle n’avait trouvé d’interprétation si éprouvante et poignante. Une plongée minute par minute dans le naufrage du Titanic , déroute humaine et technologique, depuis les crépitements de l’iceberg attendant sa proie dans la brume jusqu’aux craquements de la coque, aux témoignages fantomatiques des survivants (des morts?), aux remous de la foule abandonnée, aux cordes de l’orchestre, au froid qui finit par anesthésier toute vie… Tous les films à gros budget du monde ne remplaceront jamais ce chef-d’œuvre d’humanité sonore.

Le site / MySpace / Acheter

—-

BURIAL, Untrue

J’ai couru après ce deuxième album de Burial pendant trois mois. Tout ce temps, il traînait sur mon bureau, en haut de la pile qui pourrait s’appeler « les disques que j’aimerai un jour ». Puis il a trouvé son chemin un soir et le matin qui a suivi, quand je me suis dit que ces morceaux en méandres sombres avaient besoin de basses poussées à la limite du supportable. Et elles sont bien là ces vibrations, elles envahissent le corps de qui accepte de se laisser aller, de laisser ces voix mystérieuses faire leur œuvre de génies des usines désaffectées.

Le site / MySpace / Acheter

—-

VIC CHESNUTT, North Star Deserter

C’est l’histoire d’une rencontre risquée entre les chansons sèches de Vic Chesnutt et la grandiloquence des Montréalais du Silver Mt. Zion Memorial Orchestra. Et c’est une osmose parfaite, rare, sans pour autant abandonner la personnalité de chacun. Propulsé par un concert beau à pleurer, à la Cigale à Paris, le douzième album de Vic Chesnutt sonne déjà pour moi comme un classique.

Retour de concert

Le (très beau) concert à emporter

Le site / MySpace / Acheter

—-

ALELA DIANE, The Pirates Gospel

Je me rappelle du deuxième album de Sarah White, Bluebird , de la façon dont ce disque à peine crayonné (une guitare, une voix, une batterie cheap) s’est installé chez moi entre Scott Walker et Barbara Dane, parmi les disques indémodables parce que hors champs. Le premier album d’Alela Diane a rejoint cette étagère sans que je ne m’en aperçoive, et c’est parfait comme ça.

Le site / MySpace / Acheter

—-

LOW, Drums & Guns

Drums & Guns , c’est avant tout un gros éclat de rire à la premier écoute : en pleine surenchère instrumentale, coincés entre Klaxons et le deuxième album d’Arcade Fire, les trois Low enfoncent tout le monde en claquant dans leurs mains! Breaker est un morceau de bravoure pop, les voix sont toujours admirables, et le reste de l’album un gros livre faussement paisible.

Le concert à emporter d’Alan Sparhawk tout seul

Le site / MySpace / Acheter

—-

FLORENT MARCHET, Rio Baril

Il y a forcément un peu de chacun dans le deuxième album de Florent Marchet. Des souvenirs de campagne pourrie de l’intérieur, des préoccupations de trentenaire urbain, un témoignage capable de durer sur la violence sociale des années 00, sur les doutes cachés derrière la façade qui dit « soyez heureux ». En y rajoutant des orchestrations à l’équilibre entre explosions colorées et franchouillardises renfrognées, ce Rio Baril a de la gueule dans une année pas trépidante pour la chanson made in here.

Le site / MySpace / Acheter

—-

MOHAMMED JIMMY MOHAMMED, Hulgizey (in concert)

Ok c’est un live, ok Takkabel , le seul album de Mohammed Jimmy Mohammed (2006), est meilleur. Mais puisque ce disque puissant sera le dernier à porter le nom du grand bluesman éthiopien, mort il y a un an, il mérite sa place ici.

En mai sur la Blogothèque

Le site / Acheter

—-

THE NATIONAL PARCS, Timbervision

C’est le disque qui a sauvé un été moche. Des morceaux croisés sur MySpace et qui s’imposent d’eux-mêmes avec leur groove écolo, leurs rythmiques enregistrées dans les grandes étendues québécoises. Une idée mais pas un système pénible: Timbervision (malheureusement pas encore distribué en France) tient la longueur entre R’n’B, hip-hop et soul. Prends ton Nagra gros, on va poser des voix dans la forêt.

En septembre sur la Blogothèque

Le site / MySpace / Acheter

—-

PROMISE AND THE MONSTER, Transparent Knifes

Il va falloir suivre très sérieusement cette Suédoise, parce qu’avec un premier album aussi personnel et magnétique, elle est capable d’aller très loin. Voix blanche, guitare raffinée aux réminiscences classiques, chœurs fantomatiques… ce disque fout les poils. Joli souvenir de son passage en première partie de My Brightest Diamond à la Maroquinerie, à Paris: visiblement pas très à l’aise, Promise and the Monster n’a eu qu’à commencer à chanter pour faire taire la salle.

MySpace / Acheter

—-

L’INVITÉ D’HONNEUR

KILL THE VULTURES, The Careless Flame

Le deuxième album des rappeurs du Minnesota est sorti à la toute fin de l’année 2006 et n’a pas eu sa chance dans les tops à l’époque. Donc paf, j’en remets une couche nécessaire.

C’est que cet album est un monument pour moi, en même temps le meilleur disque de rock, le meilleur disque de blues et le meilleur disque de hip-hop que j’ai entendu ces cinq dernières années, au moins. Il ne sera jamais trop tard pour l’écouter.

En juin sur la Blogothèque

MySpace / Acheter

—-

Et parce que je ne sais pas choisir, dans le désordre…

The Valerie Project , s/t . Thee, Stranded Horse , Churning Strides . Yeasayer , All Hour Cymbals . OM , Pilgrimage . Hjaltalin , Sleepdrunk Seasons . Elvis Perkins , Ash Wenesday . Spokane , Little Hours . Kieran Hebden and Steve Reid , Tongues . Caceres , Utopía . Robert Wyatt , Comicopera . PJ Harvey , White Chalk . Deerhoof , Friend Opportunity . Tunng , Good Arrows . The National , Boxer . Mendelson , Personne ne le fera pour nous . Scout Niblett , This Fool Can Die Now . Vieux Farka Touré , s/t . Grinderman , s/t . Dominique A , Sur nos forces motrices