La Blogothèque

Astrid, akapellalbum

“Une mi-temps de football (soit quinze minutes), voila le temps que vous prendra l’écoute du premier album d’Astrid”. Curieux argument mais juste précaution, il ne faudrait pas tromper l’auditeur téméraire en cette voie, l’éponyme ouvrage étant entièrement a capella (akapella dit-on ici !), une seule piste de voix et dix chansons qu’on qualifiera de “petites” sans pour autant vouloir dénigrer leurs intentions.

Pour cause, derrière Astrid et son chant mutin sérieusement rieur, c’est l’écriture d’Olivier Andu et son folk-blues belgo-béninois ultra minimaliste : économie de moyens, strict dépouillement et l’essentiel dans les intonations, l’interprétation fragile, les minutes légères ou plus posées, un vague charme Natacha Tertone et le geste plutôt lent (quoique l’exercice autorise ici quelques accélérations). Plusieurs albums du monsieur encensés par le petit cercle de leurs heureux possesseurs et une sorte de relais passé à une discrète muse…

On ne prédira pas forcément grande notoriété et avenir prospère à cette singulière initiative, l’agacement allant de pair avec l’écoute curieusement béate, mais la récréation est agréable fugacement et Olivier Andu un grand de l’ombre, qu’on évitera d’aveugler de trop de lumières, stressantes et improductives. Egoïste réaction d’inconditionnel…

- Astrid – Mon Dieu

- Astrid – Le Chant Des Vahinés

- Olivier Andu – Sur La Voie Rapide

- Le site d’Olivier Andu et d’Astrid