La Blogothèque

Grand Archives

L’an dernier, nous fûmes pris par une vague de groupes n’hésitant plus à faire long, à faire sucré, à rappeler les beaux jours des chansons de huit minutes gorgées de soleil, d’arpèges, de nappes et de grosses moustaches. Il y avait dans cette vague un groupe, Band of Horses , qui ne laissa pas indifférent. Ils arrivaient bardés d’influences country, armés d’un chanteur ressuscitant Supertramp, d’arrangements luxuriants pour certains, boursouflés pour d’autres.

Band of Horses est mort né, du moins dans sa forme originelle. Une écartade pour Matt Brooke, qui a quitté le groupe avant même la sortie de l’album. Il était déjà connu pour son précédent projet, Carissa’s Weird , il est déjà de retour avec un nouveau, Grand Archives . Un groupe dont les premiers aperçus confirment l’idée que Band of Horses n’était qu’un épisode d’excès lui correspondant au final assez peu.

Grand Archives ne change pas le squelette. Les chansons de Matt Brooke sont toujours longues, nappées, structurées à l’extrême, se rappelant au bon souvenir du rock californien des seventies. Elles effraieront toujours les allergiques au sucre. Mais là où Band of Horses déballait tout d’entrée, jetait tout ses apparats sur la table, expurgeait son désir de grandiose, Grand Archives la joue calme et faussement timide montée en puissance. Ils sont quatre chanteurs, et les chansons du groupe jouent en permanence de leurs harmonies, sur ces voix qui s’appuient les une sur les autres pour bâtir de délicates pyramides. Cela a quelquefois du mal à démarrer, comme sur ce George Kaminsky qui commence poussif mais se termine enchanteur. Cela est aérien du début à la fin comme sur SleepDriving . Avec à chaque fois ce mariage improbable entre torpeur et élan, musique faussement lénifiante.

Les choses sont allées vite pour Grand Archives. A peine quatre titres démo étaient-ils publiés que la grande machine bloguienne s’emballait aux Etats-Unis, PitchFork consacrant la hype, et le label Sub Pop concluant le tout par une rapide signature. La chose est méritée.

- Ecoutez George Kaminsky

- Trois autres titres sur Pitchfork et sur leur MySpace

- Chronique d’un de leurs premiers concerts

Photo : Your Friend Laura