La Blogothèque

Soko et son accent

La fille était jolie, ou pas. Mais elle faisait rebondir les fins de mots, posait quelques diphtongues adoucies là où ne les aurait pas attendues, et surtout, elle disait ‘le’ quand il fallait dire ‘la’, et jolie ou pas, on trouvait ça adorable, et on ne comprenait pas quand elle nous disait adorer notre misérable accent français, qui nous semblait assécher les phrases anglaises que nous bredouillions. Un ami américain m’avait dit un jour d’arrêter d’essayer, qu’assumer mon accent était le meilleur moyen de me faire comprendre, et de séduire.

Je le comprends mieux aujourd’hui, à cause d’une fille qui chante avec un accent terrible, qui dit “wi woulde ave slept togéveur, ave eu nice breakfeust togéveur and zen a walk in ze park, togezer” , qui martèle un “you were dating zat bitch blonde geurl, if I find eur, I swear, I’ll kill eur” avec rudesse, sécheté et un charme fou. C’est Sokogirl, avec Sokoboy ils forment les Sokos, et ce pourrait être le premier bond transatlantique d’un groupe MySpace français.

Sur cette chanson, I’ll kill her , SokoGirl remplit des fantasmes à la pelle, elle crache la haine que tant de jeunes filles mâchent en secret, elle expose une violente jalousie que tant d’hommes aimeraient qu’elle ait pour eux. Et va séduire des milliers d’anglo-saxons par son accent et sa voix si innocente et hargneuse.

Les Sokos n’ont pas qu’un accent pour eux. Ils ont aussi des chansons de poche acidulées. Ce sont les petits enfants du Stephanie Says du Velvet, la petite soeur débutante et timorée de Hope Sandoval ou des Sundays, une musique fraîche comme on les aimait certains étés du début des années 90. On avait des correspondantes anglaises, à l’époque.

-*I’ll kill her

-*Les Sokos sur MySpace

-*Soko fera la première partie de Keren Ann pendant toute sa tournée.