La Blogothèque

Mendelson à ta porte

J’aurais beaucoup de choses à vous dire au sujet de Mendelson . Du premier concert, en duo guitare/contrebasse, en vedette américaine de Diabologum au Café de la Danse, jusqu’à une interview au micro de Christian Barbier sur les ondes d’Europe 1, en passant par les dates en banlieue parisienne lors desquelles le groupe – car c’est désormais un groupe, auquel de plus en plus de franc-tireurs sont associés, dont beaucoup issus des musiques improvisées (Charlie O., Quentin Rollet, Noël Akchoté, Joëlle Léandre…) – sort du format chanson pour aller vers l’inconnu. De la rupture avec le label Lithium, d’un troisième album en deux parties mais publié sur un seul et même support (“Seuls au sommet”, en clin d’oeil à Randy Newman), jusqu’au boulversant concert à la Cité de la Musique en décembre 2004 et du silence discographique qui l’a suivi.



Silence rompu la semaine dernière par un mail du lider maximo , Pascal Bouaziz, qui offre aux auditeurs impatients non pas un, non pas deux, mais trois albums inédits en téléchargement gratuit : un live daté de 2001 (l’avant-dernier avec Meïr Cohen à la batterie et Olivier Féjoz à la contrebasse, avant remaniement du line-up), un recueil d’inédits enregistrés entre 2001 et 2002, ainsi que la bande originale d’un moyen métrage. Evidemment, comparé à la sortie du nouveau Robbie Williams ou de Hotel Costes Volume 9, c’est un pet de lapin dans la cour d’un corps de ferme abandonné en Ardèche, région chère au groupe. Par contre, pour les fans, c’est un événement riche en surprises : l’occasion de retrouver des reprises jusqu’à ce jour inédites (Roman Photo de Bashung, Crosseyed and Painless des Talking Heads), un hommage inattendu à Ali Farka Touré, leur premier morceau en anglais, des versions épiques (les 11.15 de Mon Frère , sous forte influence Crazy Horse)… Et l’annonce d’un quatrième album à venir : “L’industrie du disque, très prudente, s’inquiète encore de savoir si le monde est prêt, en vérité, à en supporter le choc et la beauté”. Espérons que Mendelson n’attende pas jusque-là pour le publier.