La Blogothèque

Un invité : Morgan Navarro

Nouveau venu dans l’univers de la bande dessinée tout public après s’être fait la main dans la presse alternative (la revue Ferraille ), Morgan Navarro expédie Le Petit Nicolas en séjour linguistique chez Bevis & Butthead et signe une série tendre et méchante sur le monde cruel de l’enfance : Flip (2 volumes parus, le premier chez Bréal jeunesse, le second chez Gallimard). Et s’il a choisi de représenter ses héros sous la forme d’animaux, cet artifice ne trompe personne. Aussi bien Swan, qui fait des roues arrière en VTT, que Steven, qui menace de balancer à la maîtresse les BD que Flip réalise pendant les cours, sont criants de vérité.

Pour la Blogothèque, Morgan s’est plié au jeu difficile de la play-list, et après avoir rattrapé sa première copie (Saigneur Koudlam, TV On The Radio, Bad Brains, Les Garagistes et Guns n’Roses), nous en a proposé une seconde, aussi originale que l’est sa série. Précédé de cet avertissement : “Très difficile comme exercice de choisir seulement cinq titres quand on est comme moi un boulimique de musique. J’ai fini par choisir ces morceaux parmi ceux que je me suis passés cette semaine. Comme vous allez l’entendre, j’ai parfois très mauvais goût. C’est parce que je viens d’une planète, Pluto, où on n’a pas vraiment la même sensibilité que chez vous sur Terre”.

1. Chuck Mangione – Children of Sanchez Overture

Ca, c’est la musique d’un film, Children of Sanchez , que je n’ai jamais vu. C’est un disque génial qui est rattaché à des souvenirs de mon enfance à Dakar, Sénégal. J’adore l’écouter parce que c’est une de ces raretés qui, pour moi, ne ressemble à rien d’autre. Il me fait voir de grandes plages noires, le soleil, de larges routes qui sentent le fuel et quelque chose comme de l’éternité.

2. Marillion – Garden Party

Celui-là est aussi tiré d’un de mes albums fétiches. Je connais peu de gens capables de supporter ou d’apprécier cette musique alors que pour moi c’est un chef-d’oeuvre. Chacun de ses morceaux m’évoque des histoires ultra-romantiques au sens littéraire, voire bibliques. Du genre “Le bien triomphera”, “Tout ira mieux demain”, “C’est si beau la vie”, “Je vais sauver le monde”…(peut-être que Georges Bush a écouté ça étant petit). Oui, là aussi, il y a certainement un effet nostalgique qui m’aveugle totalement, mais est-ce que ça n’est pas toujours le cas ? C’est vrai que généralement, il y a peu de musique de mon adolescence que j’ai reniée et rangée au placard. J’écoute toujours les premiers Maiden, Metallica et Guns n’Roses et je vous cache les pires.

3. Descendents – Good Good Things

Ca, c’était quand je faisais du skate du matin au soir et que ma vie ne tournait plus qu’autour de ça (Grace à ça j’ai pas eu trop d’acné d’ailleurs… Je sublimais mes pulsions en sautant des trottoirs). J’écoutais aussi Bad Brains, Fugazi et Black Flag en rêvant qu’un jour j’allais faire l’amour avec une fille. J’adore la basse dans cette chanson. Ca me donne envie de skater. Un jour, je ferai une BD sur le skateboard. Vous verrez, vous regretterez tous d’avoir passé votre jeunesse à draguer les meufs alors que nous on faisait brûler le bitume comme des dingos.

4. Dudley & James Fawvor – T’es petite et t’es mignonne

Ca c’est du pur cajun ! Je cherche des musiciens pour lancer une nouvelle mode cajun en France. Moi je joue du violon et il faudrait un accordéon, une guitare, un tambourin et un banjo… Je suis sûr que les filles vont adorer. C’est de la musique de cow-boy et les filles ne peuvent pas résister aux cow-boys (ma femme me conseille de m’arrêter là). D’ailleurs, comme ça, en passant, je sors un album intitulé Cow-Boy Moustache chez Bayou en janvier. Hum!

5. Saigneur Koudlam – Première leçon de piano pour androïd romantique

Cet album, ça pourrait être la musique d’une centaine de films que je me suis fait tout seul dans ma tête. Des films avec un héros qui sauve le monde et son coeur saigne à chaque fois. Et il meurt toujours, mais d’amour. C’est de la mélancolie dégoulinant d’un vieux synthé rouillé qui brille dans les dernières lueurs de l’apocalypse. Saigneur Koudlam est un génie.